Publié le Laisser un commentaire

6 techniques pour faire un fond à l’aquarelle

Intro

Vous débutez à l’aquarelle et vous avez envie de faire quelques exercices simples et ludiques, vous êtes au bon endroit. Avec les tutos de la Merlette, l’idée est d’apprendre des techniques facilement, même si vous ne savez pas dessiner. Aujourd’hui, nous allons voir, en pas-à-pas, six techniques pour peindre un fond à l’aquarelle !

Le meilleur moyen de comprendre l’aquarelle est de s’exercer, sans pression et avec le plaisir de la découverte du voyage des couleurs dans l’eau.

Si vous n’avez pas encore lu l’article 4 techniques de base à l’aquarelle pour débutants, je vous invite à vous familiariser avec les détails et astuces donnés durant ce premier tutoriel. Notamment j’explique comment bien rincer le pinceau et l’importance de mélanger la couleur et l’eau dans la palette et l’intérêt d’utiliser une palette de mélange. De plus, nous avons abordé des techniques que nous allons réutiliser durant ces exercices.

Et si vous le souhaitez, une version vidéo est disponible juste ci-dessous :

Objectifs des exercices

Vous allez apprendre à :

  • Vous familiariser avec l’aquarelle et le geste du pinceau
  • Remobiliser des connaissances apprises dans le premier tutoriel débutant cité plus haut.

Par ailleurs, vous peindrez ces exercices sur une feuille de papier aquarelle format A4. Une fois terminée, cette “planche” est facile à emporter avec vous et à ressortir en cas de besoin. Enfin, vous pouvez également le voir comme un moyen de vous dégourdir les pinceaux en toute simplicité.

Exercices pour débutants aquarelle lavis glacis techniques

Matériel nécessaire


Le matériel dont vous aurez besoin est le même que dans 4 techniques de base à l’aquarelle pour débutants.

  • Deux couleurs d’aquarelle (plutôt des couleurs simples comme des primaires)
  • Deux petits contenants ou une palette de mélange
  • Un pinceau pour l’aquarelle (de préférence un pinceau à lavis)
  • Deux pots d’eau (eau propre et eau de rinçage)
  • Un mouchoir (en papier ou une chiffonnette en tissu)
  • Du papier aquarelle format A4 (le cellulose convient très bien)
  • Un support plus grand que votre papier A4
  • Du ruban adhésif

Pour commencer

Préparez le papier

  1. Prenez votre feuille en A4 au format paysage et collez-la à un support (table, carton, planche de découpe) avec le ruban adhésif sur les 4 côtés.
  2. Séparez votre feuille en 6 cases en mettant deux bandes de ruban adhésif à la verticale et une bande à l’horizontale. Pas besoin de mesurer, sauf si vous êtes perfectionniste.
  3. Pensez à bien appuyer pour fixer le ruban adhésif sur le papier.
Préparation du papier pour exercices à l'aquarelle pour débutants

Vous pourrez ainsi écrire par-dessus le ruban adhésif avec un stylo afin de noter le nom des exercices/techniques ou des petites notes d’observation.

Préparez vos deux couleurs séparément

Préparez deux couleurs séparées sur une palette de mélange ou dans deux petits contenants. Pour ces exercices, ne diluez pas trop votre couleur. Préparez suffisamment d’eau colorée malgré tout (environ 1 cuillères à café, mais pa plus). La méthode complète est indiquée dans le premier tutoriel, que vous ayez des tubes ou des godets d’aquarelle.

À propos du pinceau

J’ai recommandé l’utilisation d’un pinceau à lavis car nous avons besoin pour ces exercices d’un pinceau qui sait garder une bonne quantité d’eau/ d’eau colorée. Cependant, si le terme ne vous est pas familier, contentez-vous de faire les exercices avec ce que vous avez. Je précise également qu’un ratio taille de pinceau/taille du papier existe pour les exercices qui vont suivre. Si vous êtes grand débutant, notez cette information dans un coin de votre tête. Quand vous chercherez à vous améliorer, cette piste sera intéressante à explorer.

Pinceau à lavis explications débutants

Un fond uni (1ère case et 2ème case)

Consigne

Vous allez peindre deux fonds unis (ou uniformes) à l’aquarelle de deux manières différentes. Si vous avez déjà fait le premier tutoriel, vous allez vite comprendre de quoi il s’agit.

Exercice du lavis uniforme pour débutants à l'aquarelle

Fond n°1

  1. Mouillez uniformément toute la case avec votre pinceau chargé d’eau propre. Partez du haut et jusqu’en bas, de la gauche vers la droite et inversement (cela sera un premier entraînement au mouvement qui va suivre et permettre de faire un aplat d’eau le plus uniforme possible). Si vous avez besoin de reprendre de l’eau propre en cours de route, n’hésitez pas pour que ce soit bien uniforme.
  2. Vérifiez que le papier brille sans surplus d’eau. Si vous avez mis trop d’eau, venez récupérer l’excédent avec le bout du mouchoir.
  3. Séchez le pinceau.
  4. Trempez le pinceau dans votre couleur (comme expliqué dans le tutoriel précédent, remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  5. Sans égoutter le pinceau, peignez par-dessus le papier mouillé en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite et inversement.
  6. Rincez le pinceau et séchez-le bien.
Lavis uniforme mouillé sur sec pour débutants à l'aquarelle

Fond N° 2

  1. Trempez le pinceau dans votre couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  2. Peignez votre papier en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite.
  3. Il faut étirer la couleur et non pas laisser trop d’eau en haut. Si vous avez trop d’eau colorée en haut et pas assez en bas, reprenez de la couleur et recommencez rapidement avant que le papier ne sèche.
  4. Si vous avez un surplus d’eau colorée, vous pouvez récupérer l’excédent de cette manière :
    • Séchez le pinceau.
    • Relevez légèrement votre support et le papier à la verticale pour que toute l’eau s’amasse en bas de la case
    • Déposez la pointe du pinceau sur l’amas d’eau et laissez le pinceau “aspirer” l’eau.
  5. Séchez le pinceau et recommencez autant de fois que nécessaire.

Cette technique, à force d’être pratiquée, peut permettre de récupérer les excédents d’eau sur le papier sans trop altérer la couleur. En effet, avec le mouchoir il est plus difficile de ne pas laisser de trace et d’enlever la couleur.

Observations

Avez-vous remarqué une différence pendant que vous peignez et dans le résultat ? Est-ce qu’un des deux fonds est plus uniforme que l’autre ? Est-ce qu’il y en a un plus clair que l’autre ou sont-ils aussi vifs l’un que l’autre ? Est-ce qu’il y en a un avec moins de traces de pinceaux ?

Est-ce que vous avez remarqué que la couleur semble s’étaler plus vite quand le fond est mouillé ? C’est normal, l’eau sert à faire voyager la couleur !

Pendant que le fond mouillé continue de sécher, comparez-le avec celui déjà sec. Votre couleur est-elle aussi puissante mouillée que sèche ? La réponse est non : l’aquarelle a cette particularité que la couleur perd en saturation (plus ou moins) pendant le séchage. C’est un aspect important à prendre en compte quand on cherche à obtenir un résultat plus ou moins vif.

Observez à quelle vitesse votre papier sèche. Vous avez découvert un paramètre important à l’aquarelle : le temps. Pour faire un fond bien uni, il faut être assez rapide !

Vous venez d’apprendre à faire un lavis uniforme avec la technique mouillé sur mouillé puis un lavis avec la technique mouillé sur sec. Notez-vous cela sur le ruban adhésif !

Aller plus loin

  • Refaites cet exercice autant de fois que souhaité pour apprendre à faire des lavis bien uniformes.
  • Faites cet exercice dans une forme simple (un cercle) sans dépasser et en cherchant à obtenir un joli lavis bien uniforme.
  • Refaites l’exercice avec différents papiers.
  • Faites cet exercice avec différents pinceaux et notez la différence d’action. Si vous êtes déjà équipé(e) d’un pinceau à lavis, armez-vous de celui-ci et d’un pinceau de précision de même taille par exemple.

Un fond dégradé (3ème case et 4ème case)

Consigne

Même exercice que plus haut mais on complexifie légèrement : deux couleurs vont se rencontrer au milieu. Pas de pression pour cet exercice : il faut être rapide mais si le résultat obtenu n’est pas parfait, ayez de l’indulgence avec vous-même ! Après tout, c’est en forgeant qu’on devient forgeron !

Lavis panaché en mouillé sur mouillé, dégradé deux couleurs

Dégradé n°1

  1. Mouillez uniformément toute la case avec votre pinceau chargé d’eau propre. Partez du haut jusqu’en bas, de la gauche vers la droite et inversement (cela sera un premier entraînement au mouvement qui va suivre et permettre de faire un aplat d’eau le plus uniforme possible). Si vous avez besoin de reprendre de l’eau propre en cours de route, n’hésitez pas pour que ce soit bien uniforme.
  2. Vérifiez que le papier brille sans surplus d’eau. Si vous avez mis trop d’eau, venez récupérer l’excédent avec le bout du mouchoir.
  3. Séchez le pinceau.
  4. Trempez le pinceau dans votre couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  5. Sans égoutter le pinceau, peignez par-dessus le papier mouillé en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite et inversement sur une première moitié de la case.
  6. Rincez le pinceau et séchez-le bien. Agissez rapidement pour ne laisser sécher ni votre première moitié colorée ni le fond mouillé à l’eau propre.
  7. Trempez le pinceau dans votre deuxième couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  8. Sans égoutter le pinceau, peignez par-dessus le papier mouillé en partant du bas. Suivez le même mouvement : de la gauche vers la droite et inversement.
  9. Quand vous êtes au milieu de la case, mélangez les deux couleurs sur le papier.
Lavis dégradé de deux couleurs pour débutants, lavis panaché

Dégradé n°2

  1. Trempez le pinceau dans votre couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  2. Sans égoutter le pinceau, peignez en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite et inversement sur une première moitié de la case.
  3. Rincez le pinceau et séchez-le bien. Agissez rapidement pour ne pas laisser sécher votre première moitié colorée.
  4. Trempez le pinceau dans votre deuxième couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  5. Peignez en partant du bas. Suivez le même mouvement : de la gauche vers la droite et inversement.
  6. Quand vous êtes au milieu de la case, mélangez les deux couleurs sur le papier en repassant le pinceau plusieurs fois.

Observations

Vous pouvez mélanger les couleurs sur le papier ! En effet, les mix de couleurs à l’aquarelle ce n’est pas que dans la palette.

Quel est le dégradé le plus facile à faire selon vous ? Lequel est le plus harmonieux ? Quel mélange a été le plus facile à faire ?

Peut-être n’avez-vous pas été assez rapide. Dans le cas du dégradé n°1, le papier mouillé a-t-il fini par sécher avant d’avoir pu peindre par-dessus ? Dans le cas du dégradé n°2, la rencontre entre les deux couleurs sur le papier est-elle trop démarquée ? Si c’est le cas, tentez de nouveau l’expérience !

Vous verrez que selon la qualité de votre papier, vous obtenez plus ou moins de jolis effets. De surcroît, tout n’est pas une question de rapidité. Certains papiers sèchent trop rapidement et ne se prêtent pas à la technique. Avec l’expérience vous le verrez. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous recommande la lecture de l’article Quel est le meilleur papier aquarelle ?

Vous pouvez aussi observer la résistance de votre papier : jusqu’à quel point vous pouvez faire un mélange ? Certains papiers, de moins bonne qualité, ne supporteront pas que le pinceau repasse plusieurs fois sur la même zone.

Vous venez d’expérimenter le lavis panaché en mouillé sur mouillé puis en mouillé sur sec. N’hésitez pas à noter ces informations sous les cases correspondantes ainsi que vos éventuelles observations.

Aller plus loin

  • Refaites cet exercice en partant de la couleur la moins diluée possible. Pour ce faire, vous trempez directement votre pinceau mouillé dans le godet légèrement humidifié.
  • Vous pouvez se faire rejoindre de façon plus ou moins harmonieuse les couleurs. Par exemple, vous pouvez les mélanger sur le papier ou au contraire les faire se rencontrer et laisser agir les couleurs. Cela est surtout valable dans le cas du dégradé en mouillé sur mouillé.
  • Vous pouvez faire le même exercice avec plusieurs couleurs en repartant depuis la précédente avec la nouvelle par exemple.

Éclaircir un fond (5ème case)

Consigne

Vous allez faire un lavis dégradé en partant d’une couleur concentrée et en allant vers le blanc du papier. Cette fois-ci à la moitié du papier, vous rincez votre pinceau et vous continuez avec de l’eau propre !

Lavis éclairci ou lavis dégradé à l'aquarelle pour débutants
  1. Trempez le pinceau dans votre couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur).
  2. Sans égoutter le pinceau, peignez en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite et inversement sur une première moitié de la case.
  3. Trempez le pinceau dans l’eau propre et égouttez-le légèrement (avec la technique vue durant l’exercice de dilution).
  4. Repartez depuis la dernière “ligne” pour étirer votre couleur.
  5. Peignez une ou deux lignes.
  6. Trempez le pinceau dans l’eau propre et égouttez-le légèrement.
  7. Repartez depuis la dernière “ligne” et étirez de nouveau votre couleur.
  8. Faites ainsi de suite jusqu’à diluer totalement votre couleur. Vous allez presque retrouver le blanc du papier.
  9. Si les démarcations sont trop visibles et que le papier n’est pas sec, repassez un pinceau propre, égoutté, une dernière fois, de bas en haut pour “effacer” les traces de pinceau.

Observations

Regardez comment l’eau propre vient “étirer” votre couleur vers du plus clair. Est-ce que la couleur s’étire beaucoup ?

Est-il possible d’étirer la couleur de manière contrôlée (en faisant un dégradé propre plutôt qu’un mélange eau/couleur diffus) ?

Est-ce difficile de conserver la première moitié bien colorée ?

Dans cet exercice il faut bien gérer la quantité d’eau sur le pinceau pour ne pas en répandre dans l’aplat de la couleur. L’intérêt d’égoutter le pinceau avant de le reposer sur le papier est justement de contrôler les conséquences d’un surplus d’eau. D’ailleurs, peut-être avez-vous des auréoles au lieu d’un lavis éclairci bien uniforme ? Cela serait normal pour une première fois !

Nous aborderons la quantité d’eau dans la suite de ces tutoriels. Si vous souhaitez savoir quand il sera publié, n’hésitez pas à vous inscrire à l’infolettre de la Merlette (la newsletter).

Notez bien l’exercice que nous venons de faire : lavis dégradé (que j’appelle lavis éclairci) avec la technique mouillé sur sec.

Aller plus loin

  • Tentez avec d’autres couleurs et observez comment chacune s’étale. Y a-t-il des couleurs plus faciles à diluer que d’autres ?
  • Vous venez de faire un dégradé avec la technique mouillé sur sec. Vous pouvez également faire cet exercice avec la technique du mouillé sur mouillé.

Superposer un glacis (6ème case)

Consigne

Vous allez peindre des petits détails en mouillé sur sec puis vous allez faire un fond par-dessus.

Première phase exercice du glacis à l'aquarelle pour débutants
  1. Trempez le pinceau dans votre première couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur) et égouttez-le pour ne pas avoir trop d’eau colorée sur le pinceau.
  2. Peignez quelques motifs très simples (cercle, fleurs, cœur).
  3. Laissez sécher pour que tout soit bien sec. Le papier ne doit plus briller. Si vous avez un doute, attendez encore un peu. Le séchage dépend de votre papier mais cela peut prendre plusieurs minutes.
  4. Trempez le pinceau dans votre deuxième couleur (remuez pour mélanger l’eau et la couleur). Il faut qu’elle soit bien diluée (pas trop concentrée). Ainsi, n’hésitez pas à rajouter de l’eau à votre jus coloré.
  5. Peignez votre papier, par-dessus les motifs, en suivant le même mouvement du haut vers le bas, de la gauche vers la droite. Ce geste doit se faire en un passage et assez rapidement afin de ne pas “réactiver” les motifs en-dessous.
  6. Quand c’est sec, trempez le pinceau dans la deuxième couleur.
  7. Rincez bien votre pinceau et séchez-le.
Deuxième phase exercice du glacis à l'aquarelle pour débutants

Observations

Voilà un exercice que vous avez déjà vu durant le premier tutoriel. Nous avons fait de la superposition et joué avec la transparence de l’aquarelle.

Cette fois-ci nous avons superposé une couche d’aquarelle diluée par-dessus des motifs déjà peints. Cette technique, appelée glacis, permet de donner une teinte aux motifs déjà peints. Le résultat est différent d’une aquarelle peinte avec le mélange des deux couleurs. La rapidité n’est pas au rendez-vous car il a fallu attendre que la première couche soit bien sèche. Cependant, pour superposer la couche appelée glacis, il a fallu être rapide afin de ne pas trop “mouiller” le premier motif.

Vous avez sûrement remarqué, quoique cela dépend des couleurs/pigments utilisé(e)s, que les motifs peints en premier ont pu se “réactiver”, “baver” ou “s’estomper”. L’aquarelle est une technique qui permet en effet de retravailler ce qui a déjà été peint (dans une moindre mesure mais nous en reparlerons plus tard).

Observez comment les couleurs se superposent et quelle couleur vous avez obtenue. Pensez à vous noter ce que vous avez réalisé : motifs et fond uni mouillé sur sec avec superposition avec telle et telle couleur (glacis). Imaginez comment vous pourriez réutiliser cette technique pour des aquarelles plus poussées.

Astuce : Dans ces exercices je ne vous recommande pas d’accélérer le séchage avec un sèche-cheveux. Voici pourquoi : le sèche-cheveux (à moins qu’il ne soit muni d’un séchage à froid) abîme le papier et peut entraîner des réactions inattendues (papier qui ne prend plus les couleurs, couleurs qui sèchent bizarrement, couleur qui perd en saturation ou “cuit” et brunit). Par ailleurs, je comprends bien pourquoi, malgré ces conséquences décrites plus haut, vous pourriez être tenté de l’utiliser pour ces exercices. Pourtant, vous passeriez à côté d’un savoir important : la gestion du temps. Il ne suffit pas de sécher, il faut “laisser sécher” pour apprendre en combien de temps le papier sèche complètement selon telle ou telle technique, pour comprendre qu’il existe différents stades d’humidité sur le papier (très mouillé à juste brillant/humide). Je vous invite donc à apprendre la patience car non seulement cela se verra sur vos aquarelles mais en plus vous apprendrez beaucoup de votre pratique.

Aller plus loin

  • Faites l’exercice sans attendre que le papier soit sec pour vous faire un comparatif.
  • Faites l’exercice avec d’autres couleurs. Regardez ce que vous obtenez et notez les associations que vous aimez bien.

Les fonds à l’aquarelle : fin de l’exercice et conclusion

Quand tout est sec, décollez votre feuille A4 de son support et rabattez le ruban adhésif vers l’arrière de la feuille. Vos notes resteront bien en place de cette façon et vous ne risquez pas de déchirer le papier.

Conclusions des conseils pour lavis et glacis à l'aquarelle pour débutants

Avec ces quelques exercices, sans avoir la prétention de faire une œuvre d’art et sans la pression de gâcher du papier (l’objectif étant de se faire une planche d’exercices et de mémos), vous avez appris à faire des fonds appelés aussi “lavis” à l’aquarelle. Lavis uni, lavis dégradé, lavis monochrome et même un glacis ! Vous avez remobiliser plusieurs techniques vues durant l’article 4 techniques de base à l’aquarelle pour débutants : mouillé sur mouillé, mouillé sur sec, superposition, dilution… Vous avez encore une fois vu que le temps est un critère important à l’aquarelle : être rapide afin d’exécuter un mouvement du pinceau ou être patient et attendre que l’aquarelle sèche avant d’entamer la suite.

Je me répète mais l’aboutissement de cette série d’exercices serait de les utiliser pour peindre des thèmes qui vous plaisent. Vous pouvez également apprendre à mélanger ces techniques en restant sur des formes simples.

N’hésitez pas à jouer avec vos couleurs et à en découvrir les propriétés en faisant ces exercices.

Dans les prochains tutoriels nous verrons les textures, le blanc à l’aquarelle puis le dosage de l’eau. En attendant, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Toutes remarques pour améliorer ces exercices sont les bienvenues également ! Si un jour vous souhaitez perfectionner vos lavis, il existe de bons tutoriels vidéo que je peux vous recommander.

Besoin d’idées de sujets ? Pensez au challenge créatif comme les DTIYS (Draw this in your style). J’en ai justement publié un pour le mois de mai sur Instagram pour fêter l’anniversaire de la Palette de la Merlette ! Par ailleurs, durant les mois d’été je proposerai des challenges créatifs. N’hésitez pas à vous abonner à l’infolettre pour vous tenir au courant.

Publié le Laisser un commentaire

4 techniques de base à l’aquarelle pour débutants

Intro

Si vous êtes débutant(e) à l’aquarelle, que vous avez envie de vous entraîner avec des techniques simples et que vous ne savez pas spécialement dessiner, vous êtes au bon endroit ! Le meilleur moyen de comprendre l’aquarelle est de s’exercer, sans pression et avec le plaisir de la découverte du voyage des couleurs dans l’eau.

Pour ne pas faire trop long, j’ai scindé les exercices en 4 parties et aujourd’hui nous allons démarrer avec la première ! Et si vous le souhaitez, une version vidéo est disponible juste ci-dessous :

Objectifs des exercices

Les exercices seront regroupés sur une feuille de papier A4, facile à emporter et à réutiliser. Ils vont vous permettre de :

  1. Vous familiariser avec l’aquarelle, le geste du pinceau, la compréhension de quelques techniques de base.
  2. Vous faire un aide-mémoire facile à ressortir en cas de besoin.
  3. Quand vous aurez envie de vous dégourdir les pinceaux et que vous n’aurez pas d’idées, vous pourrez venir piocher dans ces planches ou refaire les exercices.
Les exercices pour débutants à l'aquarelle

Matériel nécessaire

  • Deux couleurs d’aquarelle
  • Deux petits contenants ou une palette de mélange
  • Un pinceau pour l’aquarelle
  • Deux pots d’eau
  • Un mouchoir (en papier ou une chiffonnette en tissu)
  • Du papier aquarelle format A4 
  • Un support plus grand que votre papier A4
  • Du ruban adhésif
Matériel pour techniques débutants aquarelle

Détails  : 

  • Quel que soit votre matériel de départ prenez deux couleurs qui vous plaisent et de préférence des couleurs simples (des couleurs primaires) : du jaune, du rouge, du bleu ou du rose.
  • Deux couleurs suffisent pour ces exercices. Cela vous permet d’observer le comportement de cette couleur dans différentes conditions. Deux petits contenants pour diluer l’aquarelle : des petits pots, une palette pour l’aquarelle, deux petits verres, deux coquillages, ce qui vous passe sous la main ! Utiliser une palette de mélange ou des contenants vous évitera de faire du gâchis d’aquarelle (on en prend souvent trop depuis le godet). 
  • Deux pots d’eau  : un pour rincer le pinceau (eau de rinçage) et un pour mouiller le pinceau (eau propre). 
  • Un mouchoir en papier ou une lingette de tissu pour sécher et essuyer le pinceau. Il suffit de le poser sur le mouchoir pour que l’excédent d’eau ou de peinture soit absorbé. 
  • Du papier 300 g : pour ces exercices nous allons travailler sur du papier aquarelle basique (le papier cellulose convient très bien). Je vous invite à lire cet article quand vous aurez envie d’en savoir plus sur les meilleurs papiers pour l’aquarelle.

Rincer votre pinceau : vous le trempez dans le pot d’eau de rinçage en le secouant très vivement pour que la peinture s’en détache (trempez uniquement la partie en métal appelée “virole“). Vous l’essuyez ensuite sur votre mouchoir pour vérifier qu’il est bien propre. Si ce n’est pas le cas, vous recommencez. Vous pouvez changer l’eau de rinçage si elle devient trop foncée.

Pour commencer

Préparez le papier

Coller le papier aquarelle pour débuter le tutoriel
  1. Prenez votre feuille en A4 au format paysage et collez-la à un support (table, carton, planche de découpe) avec le ruban adhésif sur les 4 côtés. 
  2. Séparez votre feuille en 4 cases en mettant une bande de ruban à la verticale et une bande à l’horizontale. Pas besoin de mesurer, sauf si vous êtes perfectionniste. 
  3. Pensez à bien appuyer pour fixer le ruban adhésif sur le papier. 

Vous pourrez ainsi écrire par-dessus le ruban adhésif avec un stylo et noter le nom des exercices/techniques ou des petites notes d’observation. 

Préparez vos deux couleurs séparément

Préparer vos deux couleurs d'aquarelle

Si vous avez des tubes d’aquarelle

  1. Vous déposez une noisette des deux couleurs sur votre palette ou chacune dans un contenant.
  2. Diluez chacune avec un peu d’eau propre (l’équivalent d’une cuillère à soupe devrait suffire).

Rincez bien le pinceau entre chaque couleur (le rinçage du pinceau est expliqué dans le détail du matériel).

Durant les exercices, à chaque fois que vous viendrez piocher de la couleur, pensez à mélanger de nouveau l’eau et la couleur.

Si vous avez des godets d’aquarelle

  1. Vous déposez deux à trois gouttes d’eau sur les deux godets de couleur avec votre pinceau. 
  2. Laissez agir 30 secondes pour que l’eau humidifie l’aquarelle. 
  3. Mettez l’équivalent d’une cuillère à soupe d’eau propre dans chaque contenant dans lequel vous viendrez piocher votre couleur (deux couleurs = deux contenants distincts).
  4. Quand la peinture est récupérable, vous venez la “prendre” avec votre pinceau (en frottant doucement)
  5. Vous la déposez dans l’eau propre d’un des deux contenants en mélangeant. 
  6. Vous répétez jusqu’à avoir obtenu une eau assez colorée (faites un test sur un bout de papier si vous avez un doute).

Faites cette opération pour les deux couleurs. Rincez bien le pinceau entre chaque couleur (le rinçage du pinceau est expliqué dans le détail du matériel). Durant les exercices, à chaque fois que vous viendrez piocher de la couleur, pensez à mélanger de nouveau l’eau et la couleur.

Pour mon exemple je vais prendre rose Brighid et jaune Khors.

Peindre quatre formes simples (1ère case)

Consigne

Vous allez dessiner quatre formes dans la même case l’une après l’autre. 

Premier exercice techniques d'aquarelle

Forme 1

  1. Choisissez une forme avec laquelle vous êtes à l’aise (un rond ou un cœur, etc.) 
  2. Trempez le pinceau dans votre couleur (comme expliqué plus haut, touiller pour mélanger l’eau et la couleur).
  3. Sans égoutter le pinceau, peignez cette forme en haut à gauche (laissez la place pour 3 autres formes similaires)
  4. Rincez bien votre pinceau et séchez-le.

 Forme 2

  1. Prenez un peu d’eau propre en trempant le pinceau dans le pot d’eau propre.
  2. “Peignez” maintenant la même forme à côté de la première avec de l’eau propre (oui juste avec de l’eau !) en haut à droite.
  3. Séchez le pinceau (il est déjà propre, pas besoin de rincer).
  4. Prenez votre couleur (pensez à touiller !) sans égoutter le pinceau
  5. Remplissez votre forme avec la couleur sans dépasser.
  6. Rincez bien votre pinceau. Séchez le pinceau.

Forme 3

  1. Prenez votre couleur (n’oubliez pas de mélanger).
  2. Vous allez égoutter le pinceau pour qu’il soit le moins chargé en eau colorée. Pour ce faire, frottez doucement les poils contre le rebord de votre contenant plusieurs fois.
  3. Peignez votre forme en bas à gauche.
  4. Si besoin de recharger le pinceau, faites-le mais pensez bien à l’égoutter de nouveau.
  5. Rincez bien votre pinceau. Séchez le pinceau.

Forme 4

  1. Prenez un peu d’eau propre en trempant le pinceau dans le pot d’eau propre.
  2. “Peignez” la forme avec de l’eau propre en bas à droite.
  3. Séchez le pinceau.
  4. Prenez votre couleur (n’oubliez pas de mélanger).
  5. Vous allez égoutter le pinceau pour qu’il soit le moins chargé en eau colorée. Pour ce faire, frottez doucement les poils contre le rebord de votre contenant plusieurs fois.
  6. Peignez votre forme par-dessus la zone mouillée. Si besoin de recharger le pinceau, faites-le mais pensez bien à l’égoutter de nouveau.
  7. Rincez bien votre pinceau. Séchez-le.

Observations 

Est-ce que le pinceau est facile à manier ? Est-ce que c’est comme dessiner avec un crayon ? Est-ce qu’une des techniques a été plus difficile à manier pour vous ?

Quelle forme a les contours les plus nets et les plus précis ? Est-ce que votre couleur est aussi uniforme et vive avec toutes ces techniques ? Certainement, les deux premiers ronds sont plus vifs mais ils ont également mis plus de temps à sécher. Le pinceau chargé et non égoutté contient donc plus de couleur et aussi plus d’eau.

A votre avis, quelle méthode vous permet de faire des détails ? 

Vous pouvez avoir moins de contrôle quand vous utilisez d’abord de l’eau pour faire des formes bien précises. C’est normal !

Vous venez de rencontrer les 4 techniques principales de l’aquarelle. Dans l’ordre vous avez expérimenté le mouillé sur sec, le mouillé sur mouillé, le sec sur sec et le sec sur mouillé. Vous pouvez noter le nom des techniques sur le ruban adhésif en-dessous de la première case ou de chaque forme.

Aller plus loin

  • Faites l’exercice aussi souvent que possible et avec différentes couleurs pour comprendre le mouvement du pinceau et de la main et être à l’aise. 
  • Tentez l’exercice avec plusieurs types de forme.

Tâches dans l’eau (2ème case)

Consigne

Vous allez peindre toute la case de manière à faire des tâches colorées avec vos deux couleurs.

Deuxième exercice fusions à l'aquarelle
  1. Mouillez uniformément toute la case avec votre pinceau imbibé d’eau propre. Resservez-vous en eau si besoin.
  2. Prenez d’abord votre couleur n°1 (en pensant bien à mélanger la couleur dans le contenant).
  3. Déposez des gouttes de cette couleur en posant doucement le pinceau sur le papier mouillé. Faites des tâches éparses en laissant des zones blanches.
  4. Rincez le pinceau, séchez-le.
  5. Prenez d’abord votre couleur n°2 (en pensant bien à mélanger la couleur dans le contenant).
  6. Déposez des gouttes de cette couleur en posant doucement le pinceau sur le papier mouillé. Faites des tâches éparses en laissant des zones blanches. Pensez à faire des tâches par-dessus les tâches de la première couleur.
  7. Rincez le pinceau, séchez-le.

Observations 

Observez de quelle manière les couleurs se répandent sur le papier. Comment les couleurs vont plus loin que là où vous avez posé le pinceau. Prenez le temps de comprendre que la couleur voyage dans l’eau. L’eau permet à l’aquarelle de se diffuser sur toute la zone mouillée. Regardez comment les couleurs interagissent.

Vous venez de faire des “fusions” avec la technique mouillé sur mouillé ! Notez-le sur le ruban adhésif sous la case correspondante ainsi que vos éventuelles observations sur le comportement des couleurs.

Aller plus loin

  • Faites des formes avec les couleurs : au lieu de déposer des gouttes, faites des lignes ou des vagues, ou des formes.Regardez si vous parvenez à garder une forme précise ou non.
  • Testez avec d’autres couleurs.

Diluer une couleur (3ème case)

Consigne

Vous allez faire des traces de couleurs de la plus concentrée à la plus claire/transparente.

Troisième exercice de dilution de l'aquarelle
  1. Prenez votre couleur bien concentrée (en pensant à bien mélanger dans le contenant au cas où la couleur a décanté).
  2. N’égouttez pas le pinceau.
  3. Faites un premier trait au pinceau (un peu large) en partant de la gauche.
  4. Ne rincez pas le pinceau mais trempez-le à la verticale et doucement dans le pot d’eau de rinçage. Surtout, ne le secouez pas !
  5. Puis égouttez une fois le pinceau sur le rebord, juste de quoi enlever le surplus d’eau.
  6. Peignez un deuxième trait à côté du premier. Et on recommence :
  7. Ne rincez pas le pinceau mais trempez-le à la verticale et doucement dans le pot d’eau de rinçage. Surtout, ne le secouez pas !
  8. Puis égouttez une fois le pinceau sur le rebord, juste de quoi enlever le surplus d’eau.
  9. Peignez un troisième trait à côté du deuxième.
  10. Continuez jusqu’à ce que votre trait soit quasiment transparent.

Observation

L’aquarelle c’est un médium de transparence et apprendre à doser la couleur (et donc l’eau) est important. Ce petit geste de simplement égoutter le pinceau sans le rincer est une bonne façon de diluer votre couleur. Vous pouvez ainsi observer que votre couleur donne une large gamme de nuances.

N’hésitez pas à refaire l’exercice en diluant le plus longtemps possible une couleur. Notez que certaines couleurs, peu pigmentées de base, vont se diluer plus rapidement que d’autres.

Pensez à noter sur votre ruban adhésif ce que vous avez fait comme exercice : la dilution d’une couleur à l’aquarelle.

Aller plus loin

  • Faites l’exercice avec une autre couleur puis une autre puis une autre, etc. Regardez ce que vous obtenez. 
  • Une fois que vous aurez maîtrisé l dosage de votre couleur, 

Superposer les couches (4ème case)

Consigne

Vous allez faire deux ronds qui se superposent partiellement (comme durant une éclipse au moment où les deux astres commencent à se séparer dans le ciel). Vous allez utiliser la technique du mouillé sur sec.

Quatrième exercice de superposition de deux couches d'aquarelle
  1. Trempez le pinceau dans votre couleur (comme expliqué plus haut, touiller pour mélanger l’eau et la couleur).
  2. Sans égoutter le pinceau, peignez un premier rond (laissez la place pour le 2ème).
  3. Rincez bien votre pinceau et séchez-le.
  4. Laissez sécher jusqu’à ce que le papier ne brille plus du tout et que le papier ne gondole plus. Si vous avez un doute, attendez encore un peu. Le séchage dépend de votre papier mais cela peut prendre plusieurs minutes.
  5. Quand c’est bien sec, trempez le pinceau dans votre couleur (comme expliqué plus haut, touiller pour mélanger l’eau et la couleur).
  6. Sans égoutter le pinceau, peignez un deuxième rond à cheval sur le premier. Ils se chevauchent mais ne sont pas entièrement superposés.
  7. Rincez bien votre pinceau et séchez-le.

Observation

Voilà votre premier exercice où la rapidité n’est pas de mise. Au contraire, vous apprenez à “laisser sécher”. Et dans “laisser sécher” il y a “laisser”. L’aquarelle c’est aussi de la patience !

Regardez comment les ronds se superposent et comment votre couleur est plus vive/renforcée/saturée/forte là où les cercles se chevauchent. La superposition de “couches” d’aquarelle est une technique très chouette et qui donne de beaux effets. De plus, vous renforcez votre couleur en repassant par dessus avec la même couleur. 

Pensez à vous noter ce que vous avez fait sur votre ruban adhésif  : superposition de telle couleur avec la technique mouillé sur sec.

Aller plus loin

  • Faites l’exercice sans attendre que le papier soit sec pour vous faire un comparatif.
  • Faites l’exercice avec une autre couleur puis une autre puis une autre, etc. Regardez ce que vous obtenez. 
  • Faites l’exercice avec plusieurs formes différentes qui se superposent (pourquoi pas des pétales de fleurs).
  • Superposer deux couleurs différentes et observez comment ça agit sur la première peinte : quelle nuance ça donne à la première couleur ?

Pour finir ces premiers exercices à l’aquarelle

Quand tout est sec, décollez votre feuille A4 de son support et rabattez le ruban adhésif vers l’arrière de la feuille. Vos notes resteront bien place de cette façon et vous ne risquez pas de déchirer le papier.

Décoller la feuille et rabattre le ruban adhésif vers l'arrière

Avec ces quelques exercices, sans avoir la prétention de faire une œuvre d’art et sans la pression de gâcher du papier (l’objectif étant de se faire une planche d’exercices et de mémos), vous avez appris certaines des principales techniques de l’aquarelle : mouillé sur mouillé, mouillé sur sec, sec sur mouillé, sec sur sec, fusions, dilution, superposition. 

Vous avez aussi appris que l’aquarelle est une question de temps : être rapide ou être patient.

4 techniques pour bien commencer l'aquarelle

Il existe d’autres techniques et il est possible encore de travailler ces exercices jusqu’à ne plus avoir à se référer à votre planche mémo. L’aboutissement de cette série d’exercices serait de les utiliser pour peindre des thèmes qui vous plaisent. Vous pouvez également apprendre à mélanger ces techniques en restant sur des formes simples. 

N’hésitez pas à jouer avec l’aquarelle et à découvrir les propriétés et les caractéristiques de vos couleurs en faisant ces exercices. 

Dans les prochaines parties nous verrons davantage de techniques, les textures et le dosage de l’eau. En attendant, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Toutes remarques pour améliorer ces exercices sont les bienvenues également !

Besoin d’idées de sujets ? Pensez au challenge créatif comme les DTIYS (Draw this in your style). J’en ai justement publié un pour le mois de mai sur Instagram pour fêter l’anniversaire de la Palette de la Merlette !

Draw this in your style la Palette de la Merlette
Publié le 4 commentaires

Conseils d’utilisation de l’aquarelle artisanale

Voici quelques conseils de la Merlette pour utiliser vos aquarelles artisanales. En vérité, l’aquarelle artisanale fonctionne comme l’aquarelle industrielle. Ces recommandations sont donc valables pour l’aquarelle en général !

Réactivez votre aquarelle artisanale

Pour obtenir le plein potentiel de la couleur, réactivez l’aquarelle avec une ou deux gouttes d’eau quelques instants avant son utilisation.

Personnellement j’utilise une pipette ou mon pinceau trempé dans l’eau propre. Je dépose une ou deux gouttes et je “touille” l’aquarelle dans le godet cupule de gland.

La première fois, cela peut prendre un peu de temps pour réactiver l’aquarelle.

Utilisez une palette en céramique

L’aquarelle est ensuite prélevée pour être déposée sur une palette ou une assiette de mélange en céramique. Cela vous permet de doser correctement la quantité de pigment par rapport à la quantité d’eau. De plus, vous gaspillerez moins de peinture de cette façon. En outre, une palette d’aquarelle bien propre permet de faire des mélanges lumineux.

Si vous peignez en prenant la couleur à même le godet, veillez à piocher avec un pinceau propre et à bien mélanger l’eau et l’aquarelle artisanale pour que l’ensemble soit bien homogène.

Personnellement, j’aime utiliser des objets de seconde main : des vieilles assiettes ou des rangements en porcelaine pour les œufs. J’évite le plastique car les pigments et l’eau ont tendance à se séparer plus rapidement sur le plastique.

Le rangement des aquarelles artisanales

Conservez vos aquarelles artisanales à l’abri de la poussière et de l’humidité.

Si vous optez pour la cupule de gland à l’unité, vous pouvez vous fabriquer un rangement. Vos godets naturels peuvent être stockés dans une boîte en bois ou une boîte chinée en brocante. Libre à vous de les stabiliser avec un peu de pâte à fixer ou de colle.

Si vous avez choisi une palette composée dans un boîtier en métal, laissez bien sécher vos aquarelles avant de fermer la boîte.

L’apparence de l’aquarelle artisanale

L’aquarelle artisanale est un produit vivant. Chaque pigment interagit de façon différente avec le liant, il y a donc parfois des craquelures ou des petites bulles mais cela n’altère pas la qualité de la couleur ni celle de votre peinture.

Parfois une couleur va changer avec le temps et les utilisations. C’est tout à fait normal. Petit conseil : ne laisser pas de l’eau sécher directement dans le godet. Enlevez toujours l’excédent avant de laisser sécher à l’air libre.

Si vous avez envie d’en savoir plus sur l’aquarelle artisanale et sa fabrication, je vous ai rédigé un article sur le sujet. Et si vous avez envie de suivre des tutoriels vidéos, j’ai une chaîne youtube sur laquelle je partage des conseils et tutoriels pour l’aquarelle !

La merlette aquarelliste
Publié le 2 commentaires

Comprendre l’aquarelle et ses caractéristiques

Si vous aussi êtes curieux d’en apprendre plus sur l’aquarelle et ses spécificités et que vous souhaitez comprendre un swatch à l’aquarelle, voici un article rédigé par la Merlette pour vous !

Pourquoi peindre des swatches ?

C’est quoi un swatch à l’aquarelle ?

Vous l’avez peut-être découvert à travers les fiches de chaque couleur ou dans les swatches en vidéo, j’utilise un gabarit qui me permet de tester chacune de mes aquarelles artisanales. Mais c’est quoi un swatch ?

Un swatch est une démonstration d’une couleur sur papier. Grâce à un swatch vous pouvez en apprendre énormément sur l’aquarelle… Pour peindre un swatch, vous attrapez votre aquarelle, un pinceau, de l’eau et du papier et vous utilisez tout simplement la couleur telle que. Un swatch est souvent peint en forme de rectangle ou de rond . Ce sont des formes basiques qui ne demandent pas de savoir dessiner.

Kraken et sa mouette rieuse
Pour cette aquarelle, j’avais “swatché” mes couleurs en forme de rond.

Que pouvez-vous observer avec un swatch ?

Déjà, information numéro 1 : sa couleur, sa nuance, son ton… Est-ce de l’aquarelle bleue ? Ou est-ce une aquarelle de couleur verte qui tire vers le bleu ? Voilà autant d’informations qui peuvent servir pour faire vos mélanges… Si d’ailleurs cela vous intéresse, j’ai filmé un tutoriel en vidéo pour faire à l’aquarelle son nuancier. C’est le tutoriel de base pour les aquarellistes débutant !

Ensuite, un swatch sert également à en apprendre plus sur les caractéristiques des couleurs. Par définition, l’aquarelle est une peinture transparente et lumineuse. Personnellement, je travaille chacune de mes recettes pour obtenir le plein potentiel des pigments tout en gardant la luminosité et le plus de transparence possible.

Cependant, peut-être l’avez-vous déjà remarqué, certaines couleurs sont bien opaques pour de l’aquarelle… Prenons le cas de qui est de l’ocre jaune de Puisaye. C’est normal que cette aquarelle soit moins transparente que d’autres couleurs ! La recette a beau être la même, chaque pigment va induire un comportement différent. Ainsi, l’ocre est souvent plus opaque que des pigments à base de phtalocyanine par exemple (comme Lagone).

Swatch de la couleur artisanale Râ (ocre jaune)
Râ – Jaune ocre

Avec quoi je peins mes swatches ?

Comme je l’explique sur la page des swatches des aquarelles artisanales en vidéo, je me sers de plusieurs papiers pour faire mes échantillonnages. Selon la qualité du papier, sa composition, les résultats sont très différents. En variant les papiers et en les sélectionnant avec soin, j’espère vous garantir des swatches de qualité. Vous savez ainsi plus précisément ce que vous obtiendrez en peignant vos illustrations avec mes aquarelles artisanales.

Aquarelle artisanale rose nommée Rose Marie (swatch)
Le swatch de Rose Marie, une couleur de l’édition limitée de Noël 2022.

J’ai deux types de swatches :

  • le swatch simple sur papier artisanal au grain torchon qui est un simple dégradé de la couleur
  • le swatch détaillé sur papier plus fin que je peins avec un gabarit qui est toujours le même

Je me sers d’un tampon fabriqué par La Compagnie des Elfes, artisan fabricant de tampons dans le Lot : le tampon cadre. Nous l’avons conçu ensemble pour qu’il me fasse gagner du temps. Il est donc disponible chez la Compagnie des Elfes si vous souhaitez l’utiliser et comprendre vos couleurs à l’aquarelle ! Personnellement, ce tampon me permet de donner des indications sur les propriétés de mes aquarelles artisanales car je l’utilise pour toutes les couleurs.

Quelles sont les caractéristiques de l’aquarelle ?

Les propriétés de l’aquarelle avec le tampon swatch

Comme je l’explique plus haut, le tampon me permet d’avoir un cadre pour faire mes échantillonnages de couleurs rapidement. Si vous êtes plutôt friand d’explications en vidéos, voici la démonstration du tampon :

Sinon, voici comment je m’y prends :

  1. Je note le nom de la couleur ou une date en haut. Vous pouvez également noter le nom des pigments quand ils sont donnés par le fabricant (ce qui est mon cas).
  2. Le cadre avec la barre noire d’opacité me permet de faire un dégradé mais aussi de définir la transparence de la couleur.
  3. Il y a un autre cadre dans lequel je fais des petits aplats de couleur ou des tests de réaction (par exemple en rajoutant du sel, du vinaigre blanc, de l’alcool, etc.)
  4. Le cadre du bas à gauche me permet de faire un retrait et de voir la ténacité de la couleur.
  5. Dans le cadre du bas à droite, je peins avec la technique “mouillé sur mouillé” pour voir la dispersion des pigments dans l’eau et la capacité de certaines couleurs à se séparer.

J’ai commencé les swatches détaillés en vidéo sur ma chaîne Youtube, et si cela vous intéresse, voici un exemple avec la couleur Invidia.

Du vocabulaire pour comprendre l’aquarelle

Enfin, voici sûrement la partie la plus importante de cet article ! Pour bien comprendre l’aquarelle voici ses caractéristiques principales. Vous pouvez soit les observer vous-même soit elles vous sont fournies par le fabricant. Si vous avez envie de suivre ces explications en vidéo, j’ai fait une démonstration des propriétés de l’aquarelle sur ma chaîne youtube.

La nuance et la teinte de la couleur

Avec un swatch d’aquarelle, vous pouvez identifier et apprendre à connaître le(s) pigment(s) et décrire la couleur. Voilà quelques repères pour décrire une aquarelle et pour un complément très intéressant je vous recommande cet article sur le vocabulaire de la couleur.

  • la couleur (teinte ou nuance) de façon plus ou moins précise : bleu, vert, jaune, rouge ou encore rouge cadmium, vert canard, bleu cyan…
  • la saturation : une couleur saturée est pétante tandis qu’une couleur désaturée ou insaturée est plus terne/grise (sans que cela soit péjoratif). La saturation peut aussi se rapporter à l’intensité de la couleur. Une couleur est plus ou moins diluée dans l’eau pour l’aquarelle et donc sa quantité de pigment est plus ou moins importante.
  • le ton chaud ou froid : une couleur froide tire vers le bleu et une couleur chaude vers le jaune.

Le plus simple pour se rendre compte quand on débute à l’aquarelle, c’est de comparer les échantillonnages entre eux.

Comparatif aquarelles bleu Lagone et bleu Mentastre
Lagone est moins bleu et donc moins froid que Mentastre.

Identification des pigments qui composent la couleur

Les fabricants donnent le nom de la couleur et, parfois, ceux des pigments utilisés selon la nomenclature du Colour Index. J’ai abordé ce sujet précisément dans cet article.

La résistance à la lumière

Toutes les aquarelles ne sont pas égales face à l’exposition à la lumière. Voilà les types de changement que vous pourrez observer : ternissement ou changement de teinte.

La résistance à la lumière est donnée d’après des recherches et les informations fournies par les vendeurs de pigments. Il est bon de noter que pour qu’une couleur fugitive ternisse, cela implique que vous exposiez votre peinture à la lumière directe du soleil et ce sur plusieurs années voire décennies.

La résistance à la lumière des aquarelles artisanales doit être testée par le fabricant lui-même lorsqu’il n’existe pas d’informations fiables sur les pigments.

Bleu "Oraje" en fabrication et cupule de gland

Pour ma part, je souhaite mener mes propres tests et c’est en cours. En attendant, je partage les informations des fournisseurs de pigments et celles que je relève dans mes recherches sur des pigments qui sont stables et bien connus. Dans le doute, je ne vends pas de couleurs connues pour être fugitives. C’est le cas par exemple de l’indigo véritable que j’aurais aimé proposer mais qui n’est pas stable. Les pigments fugitifs (souvent d’origine végétale ou animale) ont été remplacés par beaucoup de fabricants industriels.

Si vous peignez pour votre plaisir sans exposer dans un musée ou en plein soleil, ou que vous ne vendez que vos reproductions, vous pouvez utiliser des couleurs peu résistantes à la couleur. Vous pouvez également décider d’exposer en toute connaissance de cause. Vous avez quand même quelques années devant vous avant de voir une une couleur ternir.

Permanence de l’aquarelle

La permanence est parfois confondue ou utilisée pour parler de résistance à la lumière. Certains fabricants utilisent ce mot pour parler de résistance dans le temps.

Transparence et opacité

La couvrance d’une aquarelle est notée de “opaque”, à “semi-opaque” puis à “semi-transparent” jusque “transparent”. Certains pigments laissent plus ou moins passer la lumière et c’est cela dont on parle.

C’est assez compliqué d’évaluer les nuances de semi-opaque et semi-transparent quand on est débutant à l’aquarelle.

Personnellement, je choisis le degré de transparence d’une couleur d’après mon expérience des couleurs industrielles et artisanales ainsi que des mes connaissances sur les pigments. Je m’aide surtout de la barre d’opacité de mes swatches. Si elle est visible quand je peins et au séchage, alors la couleur est transparente. Si elle n’est pas visible ou difficilement, la couleur est plutôt opaque.

Swatch aquarelle artisanale verte Vesna
Vesna est semi-opaque ou opaque.

Pendant plusieurs années, j’ai boudé les aquarelles opaques, pensant qu’elles n’apportaient pas assez de lumière dans des illustrations à l’aquarelle. Je suis revenue sur cette opinion en fabricant mes propres couleurs. En effet, avec le recul, je trouve qu’une peinture peut être très lumineuse tant qu’on n’abuse pas de couleur opaque et que tout le travail et le jeu se trouvent justement dans le dosage de l’eau !

Brighid aquarelle artisanale rose
Brighid est une aquarelle transparente.

La granulation

La granulation et la floculation d’une couleur : la tendance des pigments à se rassembler et à former un effet tacheté. Cela se voit d’autant plus sur des swatches peints sur du papier à grain torchon car les pigments viennent se rassembler dans les creux du papier.

Ce qu’il faut donc pour obtenir cet effet de granulation : un pigment qui va granuler naturellement, beaucoup d’eau et un papier texturé !

La granulation se réfère plutôt au phénomène observable sur des pigments lourds qui se sédimentent tandis que la floculation fait référence à des pigments plus légers qui se rassemblent par attraction.

Parmi les pigments bien connus pour granuler et que vous retrouver dans mes couleurs artisanales il y a le rose poterie (Proserpine) et le bleu outremer (Pontos).

Il existe également des médiums qu’on peut utiliser pour faire granuler des aquarelles qui ne granulent pas naturellement.

Reine Chouette sur son champignon
Pontos, utilisé en fond un bleu violet granuleux.

La tenacité

La ténacité ou la force de teinture : est-ce qu’en faisant un retrait avec un pinceau propre on retrouve la blancheur initiale du papier ou est-ce que la papier est vraiment teint en profondeur ? Cela dépend des pigments et de la recette. C’est utile à savoir pour utiliser la technique du retrait.

D’ailleurs, voilà une petite astuce si une goutte d’aquarelle très teintante arrive par accident sur votre papier coton blanc. D’abord absorbez l’excédent avec un mouchoir propre et ensuite venez retirer avec un pinceau propre (rincez bien le pinceau à chaque retrait). Si la tâche est déjà sèche, déposez une goutte d’eau propre par-dessus, attendez une minute et absorbez l’excédent comme précédemment.

Couleur artisanale doré antique "Nub"
Nub se retire facilement comme le monde le cadre en bas à gauche.

Les aquarelles duochromes

La séparation dans l’eau des pigments survient en cas de mélanges de pigments. Avec beaucoup d’eau certaines couleurs se séparent. Il semble de plus en plus commun de parler alors de couleur duochrome si les pigments se séparent dans l’eau. C’est également un terme qu’on retrouve pour des couleurs qui révèlent des nuances différentes selon la lumière (les aquarelles caméléon).

Il est classique par ailleurs de parler d’aquarelle duochrome pour désigner une œuvre peinte dans deux couleurs distinctes (noir et bleu par exemple).

Aquarelle poème abstrait
Dans cet aquapoème, on voit bien qu’avec beaucoup d’eau, Naufrage se sépare en deux couleurs.

La dispersion des couleurs dans l’eau

La dispersion dans l’eau concerne la capacité de certaines aquarelles à se diffuser plus ou moins vite sur le papier mouillé préalablement. Des pigments très lourds ont tendance à se déposer sur la papier sans fuser et se disperser rapidement et facilement tandis qu’avec certains pigments c’est l’inverse.

Ma notation personnelle est la suivante : “normale”, “lourde” ou “rapide”. Pour ma part, je ne travaille pas l’aquarelle pour en modifier cette caractéristique qui est donnée pas les pigments. Libre à l’aquarelliste de rajouter des additifs dans son eau pour faire fuser ou diffuser rapidement la couleur sur le papier.

Pour tester la dispersion dans l’eau de votre couleur, peignez une couche d’eau propre sur le papier et déposez une goutte de la couleur diluée préalablement dans de l’eau. Selon le dosage de l’eau sur le papier et la qualité du papier, il peut y avoir des différences. Vous remarquerez que certaines couleurs stagnent sur le papier (les pigments sont lourds) ou au contraire que la couleur fuse rapidement et se répand sur toute la surface mouillée.

Couleur artisanale bleu turquoise "Kalláïnos"
Kalláïnos est par exemple une couleur qui se diffuse de façon “lourde” ou “lente”

J’espère que cet article vous aura apporté des informations et vous aura appris à (re)connaître les caractéristiques de chaque aquarelle ! Si vous souhaitez en savoir d’avantage, il y a cet article : L’aquarelle de la Merlette est « extra-fine », dans lequel j’ai abordé l’identification des couleurs par leurs pigments, et l’article Les ingrédients de mon aquarelle artisanale, dans lequel j’ai abordé les aquarelles monopigmentaires.

Publié le Laisser un commentaire

Créer un effet de profondeur à l’aquarelle

Pour peindre à l’aquarelle il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. Dans cet article, sans utiliser des mots trop techniques, j’aimerais aborder le sujet de l’anticipation et de l’effet de profondeur.

Si vous débutez l’aquarelle, ce pas-à-pas d’aquarelle aborde des techniques de base aussi simplement que possible. Si malgré tout il ne vous est pas encore accessible, n’hésitez pas à revenir le consulter plus tard.

Anticiper pour travailler une technique

Personnellement, une de mes très grandes frustrations, c’est de ne pas faire d’aquarelles spontanément. J’aimerais prendre mon pinceau et hop : je peins quelque chose de merveilleux ! Au lieu de quoi, j’ai appris à anticiper.

Anticiper ça peut être : prévoir le thème, choisir le nombre d’éléments qui composeront l’aquarelle, les placer… Vous pouvez aussi en profiter pour choisir la palette de couleurs que vous allez utiliser. De même, c’est le moment de prévoir les techniques utilisées et le matériel nécessaire. Rien de tout ça n’est obligatoire. Personnellement je ne choisis que très rarement mes couleurs à l’avance par exemple.

À travers une aquarelle d’un paysage d’automne, créé à l’occasion d’un défi créatif sur Instagram, j’aimerais démontrer l’importance d’anticiper pour créer un effet de profondeur. Je vais donc développer ici le déroulement des étapes afin d’atteindre mon objectif.

Voici l’aquarelle en question : un cerf imaginaire dans un paysage d’automne sur format polaroïd.

Paysage d'automne et cerf feuillu
Paysage d’automne et cerf feuillu (format pola)

Objectif “effet de profondeur” !

Pour cette aquarelle d’un cerf sur fond de paysage d’automne, mon objectif était de mettre en valeur le cerf. J’ai donc décidé de faire un paysage automnal à l’arrière. S’il m’arrive de travailler chaque “thème” ou “élément” sur le même plan, ici je souhaitais dès le début avoir un effet vaporeux derrière le cerf.

Le cerf devait donc être au “premier plan” et le paysage au “second plan”. J’ai ainsi choisi de faire le paysage automnal en “flou”. Tandis que le cerf serait plus visible, plus net, plus foncé.

Pour schématiser, vous allez travailler d’abord le fond, puis les arbres et l’herbe, enfin le cerf puis de nouveau l’herbe.

Pas-à-pas de ce paysage d’automne

Donc, voilà la liste des grandes étapes que j’avais prévu de mettre en place et que j’ai suivies.

1. Le croquis

Avant de sortir le pinceau, préparez un croquis plus ou moins élaboré : quels éléments vont apparaître, leur emplacement sur la zone à peindre, lesquels sont au premier ou au second plan. Personnellement je fais des croquis sans m’appliquer afin de positionner et d’avoir un aperçu rapide de ce que je souhaite faire. Si besoin, je reporte proprement sur le papier aquarelle quelques éléments (sans trop appuyer avec le crayon de bois). N’oubliez pas : si vous utilisez le crayon de bois, qu’une fois de l’aquarelle passée par-dessus il vous sera impossible de le gommer.

2. Fixez le papier

Tout est dit : fixez votre papier à un support car vous allez travailler avec de l’eau. Là encore, c’est en anticipant qu’on prévoit ce genre d’étapes.

3. Travaillez la première couche du fond


Déposez une couche d’eau propre pour faire un fond flou (ici dans les tons roses) puis laissez sécher. Ici point de précision, vous déposez de l’aquarelle assez diluée. A cette étape, s’il y a trop d’eau, ce n’est pas grave. Vous récupérez l’excédent avec le pinceau ou un mouchoir. L’eau permet au contraire de faire quelque chose de très flou. Ce n’est pas important de laisser la zone – où il y aura le cerf – blanche mais veillez à ne pas trop concentrer l’aquarelle pour que la peinture du cerf prenne le pas ensuite (pas de couleurs tenaces ou uniquement des couleurs très bien diluées).

4. Revenez pour affiner le fond

Quand c’est bien sec, déposez une nouvelle couche d’eau, pas trop, il faut que ça brille mais pas que ce soit trempé. A ce stade vous allez rajouter la structure des arbres. Travaillez les en rajoutant, tant que c’est humide, de la couleur sur les zones des arbres (troncs, branches et feuillage) et de l’herbe puis laissez sécher. Réitérez autant que souhaité. Attention le cerf devra être plus foncé car il est au “premier plan” donc n’en faites pas trop ici ! Restez dans des couleurs diluées tout en accentuant le tronc et les branches de devant. Vous pouvez le faire deux fois par exemple : le tronc, des branches et des feuillages à l’arrière. Puis vous recommencez en accentuant le tronc et les branches qui seront les plus en avant du paysage. Et surtout, laissez sécher !

5. Peignez le cerf et des détails

Travaillez ensuite le cerf, sans mouiller au préalable le papier. Selon les zones, accentuez tant que c’est mouillé. Cependant, attendez que ce soit sec pour des détails comme les yeux, les bois feuillus, quelques traits d’accentuation.

Enfin, une fois le tout sec, rajoutez des détails d’herbe et de la texture si besoin sur les troncs et quelques feuilles.

Un peu de jargon technique aquarelle

Donc, pour faire une aquarelle de ce type (fond flou, premier plan distinct), vous travaillez d’abord le fond, puis les arbres et l’herbe, vous passez au cerf et vous revenez enfin à l’herbe.

Le vocabulaire technique a été mis de côté mais vous avez travailler ce qu’on appelle la perspective atmosphérique. Vous avez utilisé les techniques de base d’aquarelle. Le fond, les arbres et une partie de l’herbe sont travaillés en “mouillé sur mouillé” ou “humide sur humide” tandis que le cerf et les détails finaux de l’herbe sont travaillés en “humide sur sec” ou “mouillé sur sec”.

Ce que vous pouvez retenir c’est que si vous avez pour objectif de faire un décor autour d’un objet à l’aquarelle (quel qu’il soit), une des façons de faire c’est de travailler d’abord le fond. Ce n’est pas la seule et unique manière de procéder. D’ailleurs, il n’y a pas vraiment une méthode meilleure qu’une autre.

Si votre objet nécessite de laisser du blanc, soit vous optez pour le drawing gum (fluide de masquage) soit vous le prévoyez dès la première étape en n’ajoutant pas trop d’eau (pour que les pigments ne voyagent pas trop) et en évitant de peindre ladite zone. On pourrait en reparler une autre fois.

N’hésitez pas à vous approprier ces étapes avec les sujets de votre choix et dans votre style.

J’espère que ce petit point sur l’anticipation vous servira. Je suis preneuse de retours critiques et n’hésitez pas à poser vos questions, mêmes les plus naïves !

Publié le Laisser un commentaire

C’est quoi Inktober ?

Dessins, peintures, croquis, esquisses… Feutres, aquarelle, crayons, encre, gouache… Depuis le 1er octobre, il fleurit sur les réseaux sociaux un petit air de défi créatif avec Inktober. Mais c’est quoi Inktober ?

Inktober Tsar des Mers

Créé en 2009 par Jake Parker, un artiste qui vit en Arizona, ce défi créatif rassemble toute une communauté d’artistes amateurs et professionnels durant un mois chaque année : le mois d’octobre. Au départ, il s’agit d’un défi d’un dessin par jour pendant un mois à l’encre d’où le nom Inktober qui est un mot-valise anglais entre ink (encre) et october (octobre).

Ce n’est certainement pas un affrontement d’artistes et de créateurs mais bel et bien un challenge personnel que chacun partage sur les réseaux sociaux ou avec son entourage. L’idée est de passer un mois à faire des petits dessins sur des thèmes imposés par une liste établie chaque année afin que chacun s’améliore ou s’amuse en toute créativité.

C’est autour des #inktober ou #inktober2022 (pour l’année 2022 !) que se rejoignent tous ces artistes.

Depuis 2009, le challenge a beaucoup évolué et bien qu’il n’y ait jamais eu de règles strictes, il est dorénavant totalement admis de ne pas utiliser de stylo encre ou d’encre. Certains artistes vont faire du mixed-media (plusieurs techniques), d’autres plutôt du dessin ou de la peinture et il y a même des créations digitales.

Et évidemment, chaque thème quotidien est totalement libre d’interprétation. Reste que si vous commencez ce défi que vous n’êtes en rien obligé de finir, vous pouvez avoir tout de même la volonté de pratiquer quotidiennement. Inktober est présenté d’ailleurs de cette façon : une pratique positive à maintenir tout au long du mois d’octobre.

Voici pour exemple la liste du défi de cette année.

Il existe aussi en dehors de la “prompt list” officielle, des listes proposées par des artistes. Ici par exemple, une des listes que j’ai suivie : Slavic Witches Inktober proposée par plusieurs artistes et qui tourne autour du folklore slave dont je suis friande.

Liste du #slavicwitches_inktober

Pour ma part je n’ai pas su choisir ou je n’en ai pas eu envie. Ainsi, je suis plusieurs listes en piochant à droite à gauche. Pour un puriste d’Inktober je peux comprendre que ce soit une aberration mais l’idée est de m’amuser et non pas de me forcer à dessiner.

Je profite du défi pour peindre quasiment tous les jours et apprendre de nouvelles choses. J’aime beaucoup avoir des idées proposées, réfléchir avec mon “directeur artistique” (mon mari, hihi !) à des dessins puis passer à l’aquarelle en testant des nouvelles techniques.

Je suis aussi trop contente de découvrir les créations des autres, que nous ayons les mêmes thèmes ou non. C’est vraiment l’ébullition créative, l’effervescence stimulante et la frénésie imaginative qui m’attirent dans l’Inktober.

SI vous souhaitez découvrir mon marathon de Inktober 2022, voici toutes les illustrations réunies.

Publié le Laisser un commentaire

Quel est le meilleur papier aquarelle ?

Peut-être débutez-vous ou souhaitez simplement en savoir plus sur le choix du papier aquarelle. La Merlette vole à votre secours et vous donne quelques humbles conseils.

Grammage, grain et couleur du papier aquarelle

Le grammage du papier aquarelle

Le papier aquarelle est généralement d’un grammage minimum de 250 g/m² et idéalement de 300 g/m². Si vous aimez peindre avec beaucoup d’eau 300 grammes est un bon début. En effet, plus le papier a un grammage important plus il sèche lentement et moins il aura tendance à gondoler.

Le grammage 300 g/m² n’est pas la seule garantie d’un papier qui ne gondolera pas. Il reste à choisir la bonne formulation et composition…

Loup du Gévaudan aux crayons de couleur
Petit loup du Gévaudan aux crayons de couleurs dans un sketchbook fait main avec papier Canson 80g

Grain et couleur du papier

Le grain du papier se choisit selon vos goûts. Il existe beaucoup de types de grain parmi lesquels les plus connus sont le grain satiné (très lisse), le grain fin et le grain torchon. Il faut essayer pour savoir ce que vous aimez mais généralement pour du travail fin on utilise des grains fins ou satinés. Tandis que le grain torchon va convenir à des travaux plus abstraits. Encore que…

Blanc, blanc cassé, blanc chaud ou blanc froid… Tout ça est une question de goût encore. Le blanc à l’aquarelle ne s’obtient que d’une seule façon : en ne peignant pas les zones qu’on souhaite laisser blanches ! Ainsi, mieux vaut choisir un papier dont le blanc est celui qui vous plaît le plus.

Papier à grain torchon pour aquarelle
Papier grain torchon format carte postale

Papier en bloc, à la feuille ou en sketchbook/carnet ?

Encore une fois cela dépend de votre projet et de votre manière de peindre. Si vous peignez avec beaucoup d’eau par exemple, il faudra tendre votre papier, un carnet aquarelle ne s’y prête pas.

Si vous débutez, les blocs à 4 coins collés ont l’avantage de maintenir le papier en place comme si votre papier était tendu et cela évite à celui-ci de trop gondoler. Cependant, vous ne pourrez travailler qu’une seule aquarelle à la fois car il faut attendre le séchage de la première pour en décoller/découper les bords.

Le sketchbook fait main ou le carnet d’aquarelle est plus onéreux. Cependant vous pourrez conservez toutes vos aquarelles ensemble et pourquoi pas construire un fil rouge entre chacune ou avoir un thème/projet commun. Personnellement, j’achète du papier que je relie moi-même pour mes carnets d’aquarelle.

Sketchbook pour aquarelle fait main
2 sketchbooks reliés à la main par la Merlette

Acheter le papier aquarelle à la feuille demande de tendre son papier soi-même ou de choisir de ne pas le faire si on travaille avec peu d’eau. Vous pouvez acheter de très grands formats comme le format raisin (50×65 cm) ou Jésus (56×76 cm) et découper vous-même la feuille à la taille qui vous convient. C’est plus de liberté, moins cher mais aussi plus de main d’œuvre !

Coton ou pas coton ?

Plus haut je vous explique qu’il n’y a pas que le grammage qui compte pour du papier aquarelle. En effet, ce qui importe c’est aussi sa composition. Il y a de nombreuses compositions différentes mais en gros soit c’est du papier qui contient du coton soit il n’en contient pas. Bien sûr il existe d’autres choses à tester : lin, bambou, mélange…

Néanmoins, pour simplifier du papier 100% coton c’est certes plus cher mais c’est aussi un des meilleurs choix pour travailler l’aquarelle sans qu’elle ne sèche trop rapidement, pour multiplier les couches de peinture, pour éviter que le papier ne gondole…

Peindre sur du papier cellulose ou du papier mélange coton/cellulose c’est très bien aussi, pas de jugement de valeur de ma part. Comme beaucoup de débutants, j’ai moi-même commencé sur du papier pas trop cher et souvent du cellulose. Le meilleur conseil qu’on m’ait donné c’est celui-ci : peu importe l’aquarelle, peu importe le pinceau, prends du papier 100% coton de qualité.

Petit rat sur papier coton 100%
Petit rat sur papier cellulose/coton pour un dessin rapide sans trop d’eau

C’est difficile à expliquer à quelqu’un qui ne peint pas sur du coton mais le papier coton ça change TOUT. Alors oui ça pose des questions sur l’écologie (bien que certaines marques soient labellisées), sur le prix et sur “est-ce que mon “art” le vaut ?”. Mais faites tout simplement l’expérience et vous verrez ce que vous décidez de faire. Pour ce qui est de l’écologie, j’utilise personnellement les deux côtés du papier si je peins pour moi. Et je ne gaspille rien car un exercice n’est pas une aquarelle ratée et il reste toujours des choses à faire avec.

La différence entre les papiers “aquarelle” et “mixed media”

D’après mon expérience et mes recherches la grande différence entre les papiers mixed media ou multi-techniques et les papiers pour aquarelle c’est le temps de séchage. Quand on peint à l’aquarelle on a généralement besoin d’un temps de séchage allongé pour travailler comme on le souhaite la couleur et qu’elle n’imprègne pas le papier en faisant des traces de coups de pinceaux.

Même pour swatcher, il convient de faire des tests de vos couleurs sur le papier sur lequel vous peindrez finalement.

Swatch Naufrage aquarelle
Swatch/échantillonnage de l’aquarelle Naufrage sur papier coton 100%

Le conseil de la Merlette

Expérimentez et ne vous enfermez dans aucun carcan. Mais ! Commencez rapidement par du papier 300 g/m² en 100% coton de bonne qualité (pH neutre ou sans acide, fabriqué sur forme ronde…). C’est le papier qui est le plus important. Ni la peinture artisanale ou industrielle, ni le pinceau pour aquarelle de la meilleure qualité qu’il soit ne changeront quelque chose au résultat de votre peinture si votre papier est en cellulose ou en coton de mauvaise qualité. Sans parler du résultat, il y a aussi l’expérience : un retrait de peinture plus facile, un séchage moins rapide, une glisse du pinceau sur le papier

Oraje sur papier swatch aquarelle
Oraje sur papier artisanal fabriqué à l’ancienne

Personnellement, je peins avec du papier “industriel” 100% coton Lanaquarelle. Pour faire des swatchs ou de l’aquarelle loose et des fusions, j’utilise du papier pur chiffon coton, fait main, à l’ancienne, en France métropolitaine par un artisan papetier. J’ai commandé ce papier artisanal, fabriqué à l’ancienne, pour avoir des bords frangés sur un petit format. C’est d’ailleurs celui que vous pouvez retrouver en Boutique !

Publié le Laisser un commentaire

L’aquarelle de la Merlette est “extra-fine”

La Palette de la Merlette propose des aquarelles artisanales et extra-fines. Mais qu’est-ce que ça veut dire “extra-fine” quand on parle d’aquarelle artisanale ?

Que veut dire “extra-fine” ?

Les notions d’aquarelle “extra-fine” ou “super-fine” et autres termes ne sont encadrés par aucune une législation. Il n’y a pas de contrôle ou de cahier des charges international.

Chez les fabricants industriels…

Il s’agit la plupart du temps d’une appellation “commerciale” utilisée pour distinguer des gammes d’aquarelles dites “fines” ou “étudiantes” de celles pour “artistes” ou “professionnels” aussi appelées “extra-fines”. Les secondes ont un prix plus élevé que les premières.

L’idée est de proposer une gamme moins chère pour les aquarellistes débutants ou à petit budget tandis que des artistes professionnels – visant l’exposition de leurs œuvres – préféreront des couleurs plus qualitatives, précieuses ou résistantes à la lumière.

Évidemment cela vaut pour de grandes maisons d’aquarelle telles que Sennelier, Winsor & Newton… Pas pour une palette achetée à deux euros dans un magasin fourre-tout.

Palette de la merlette avec godets plastique
Ma palette d’aquarelles industrielles et fabriquées par d’autres artisans

Chez les artisans fabricants

En aquarelle artisanale, la mention extra-fine est ainsi souvent utilisée comme gage de la qualité des couleurs. Il n’existe encore une fois pas de cahier des charges ni de contrôle. On s’en remet à la parole du fabricant et finalement aux retours d’expérience des aquarellistes/clients.

Test de couleurs artisanales avec fusion

Ingrédients, qualité et prix

Fabriquer des imitations de couleur coûte moins cher

Peut-être avez-vous déjà acheté un “Emerald Hue” ou une aquarelle “Nuance de bleu céruléen” dans des marques industrielles. Ces couleurs sont des imitations d’une couleur monopigmentaire autrement dit fabriquée avec un seul pigment.

La couleur appelée “nuance” est une imitation fabriquée avec un ou plusieurs pigments souvent moins chers et parfois moins qualitatifs. Par exemple, une couleur appelée “Nuance de bleu céruléen” ne sera pas fabriquée avec le véritable pigment mais avec un ou plusieurs pigments imitant la couleur originelle.

Les aquarelles étudiantes/fines sont majoritairement des imitations de couleurs. Parce que tout simplement le pigment d’origine est plus cher et qu’il faut bien réduire le coût de production pour vendre moins cher.

Le cas des pigments qui ne sont plus commercialisés

Cependant, les aquarelles extra-fines/professionnelles proposeront également des imitations lorsque le pigment d’origine n’est plus utilisé ou plus commercialisé. Il y a plusieurs raisons à cela parmi lesquelles :

  • la découverte de la toxicité d’un pigment comme pour le blanc de plomb ;
  • le fait qu’une couleur soit trop fugitive (mauvaise résistance à la lumière) comme pour le sepia ;
  • ou encore la rareté et donc le coût de certains pigments comme le lapis-lazuli qui est le bleu outremer d’origine et qui a été remplacé par une imitation synthétique.

Réduire le coût de la fabrication

  • Le fabricant peut sous-doser le pigment en le coupant avec des agents de charge, en augmentant le dosage du liant, en remplaçant le pigment par un autre (les fameuses imitations de couleur).
  • Le fabricant peut utiliser des ingrédients de moins bonne qualité : miel artificiel, gomme arabique de basse qualité…
  • Il peut aussi y avoir des substitutions comme pour le liant : pas de gomme arabique du tout mais plutôt un liant synthétique bon marché.
  • Le fabricant utilise intentionnellement des pigments de moins bonne qualité (dont la résistance à la lumière est moindre par exemple) et ne propose pas de pigments historiques, rares, onéreux.
  • Le fabricant revoit les méthodes de fabrication à la baisse.

Pour l’aquarelliste débutant cela ne fait parfois pas de grandes différences. D’autres fois, cela donne des aquarelles moins faciles à travailler, qui se réactivent mal, qui sèchent trop vite, qui laissent des traces de pinceaux ou qui se détachent du papier…

Comment définir une aquarelle extra-fine ?

Cahier des charges et transparence

Selon moi, ce sont les attentes des aquarellistes qui déterminent la notion d’extra-fine et donc le cahier des charges implicite.

Tous les critères de fabrication peuvent être concernés : choix des pigments, substitution par d’autres produits, utilisation de produits moins chers et moins qualitatifs… Notamment, ce qui est souvent cité : un liant à partir de la meilleure gomme arabique possible, l’utilisation de miel, un résultat crémeux à l’utilisation…

Gomme arabique de Kordofan
Gomme arabique de bonne qualité

Les fabricants industriels ne sont déjà pas toujours transparents. Pour les artisans fabricants c’est encore moins encadré. Bien sûr, il y a les secrets de fabrication, mais entre le discours marketing et les informations factuelles, difficile de s’y retrouver. Reste l’expérience que l’aquarelliste aura avec les couleurs.

Quant à la méthode de fabrication, la peinture artisanale n’est pas moins qualitative ou plus qualitative que de l’aquarelle industrielle. C’est tout simplement très différent. D’ailleurs, au sein de l’aquarelle artisanale vous trouverez de la très bonne peinture et de la moins bonne. Les méthodes de fabrication sont des petits secrets de polichinelle – c’est tout à fait logique.

Fabrication d'aquarelle bleue

Le cahier des charges de la Merlette

Mon objectif en premier lieu est de peindre avec mes couleurs et je suis une cliente très exigeante ! Ainsi, j’ai établi un cahier des charges pour l’aquarelle artisanale extra-fine de la Merlette d’après les attentes des aquarellistes et les miennes. Fabriquer de l’aquarelle artisanale extra-fine exige d’établir une charte de qualité et de s’y tenir selon moi.

Je comprends que les fabricants n’aient pas envie de partager tous leurs secrets de fabrication afin de protéger leurs produits. Je regrette simplement que les règles d’usage en vigueur chez les industriels ne s’appliquent pas également aux artisans fabricants par simple transparence envers l’aquarelliste. En l’absence de véritable cahier des charges et de contrôle, l’aquarelliste s’en remet totalement au fabricant.

Aquarelle Oraje peinture à l'eau

La Palette de la Merlette propose des couleurs de qualité artiste, très dosée en pigment, sans aucun diluant qui pourrait amoindrir la qualité et fausser le coût de la peinture.

Swatch Oraje
Swatch d’Oraje

J’ai fait le choix de la transparence avec les aquarellistes qui utiliseront mes couleurs. Sur les fiches de chaque aquarelle vous trouverez les ingrédients et des informations sur les pigments. J’explique d’ailleurs le choix de mes ingrédients ici : Les ingrédients de mon aquarelle artisanale. Et mes valeurs ici : De l’aquarelle artisanale écologique.

Les swatch de mes couleurs artisanales
Publié le Laisser un commentaire

Fabrication artisanale et qualité

Tri et nettoyage des godets cupules de gland

C’est un travail minutieux et assez considérable que de travailler avec la nature. C’est le cas des chapeaux de gland qui servent de réceptacle à la peinture artisanale que je fabrique. Il y a de longues heures de récolte et de tri. Je laisse les glands dans la forêt, je ne prends pas des cupules abîmées et je n’emporte pas les cupules qui servent de maison à des insectes ou de couvre-chef à des gnomes.

Glands pour godets artisanaux

Chaque cupule de gland est ensuite triée de nouveau, nettoyée, stérilisée et vernie pour assurer la bonne utilisation de l’aquarelle et la bonne conservation. Cette étape est sûrement la plus longue. Le vernissage garantit qu’il n’y aura pas d’interaction entre la cupule et la peinture. Après tout, on fait de la teinture avec les cupules !

Couleurs hautement pigmentées

Je travaille avec des pigments purs ou des mélanges de pas plus de trois pigments pour conserver la luminosité et la transparence de l’aquarelle. L’avantage des couleurs monopigmentaires c’est que le nuancier obtenu est d’autant plus lumineux et varié.

En effet, l’utilisation de couleurs à pigment unique permet de créer des nuanciers fiables et qualitatifs – certains aquarellistes professionnels expliquent que les couleurs ne doivent pas excéder 3 ou 4 pigments, à défaut de quoi vous perdez en luminosité. J’en parle plus précisément ici : Les ingrédients de mon aquarelle artisanale.

Terre verte de vérone

Comme je suis perfectionniste, j’ai à cœur de proposer de l’aquarelle artisanale de qualité. Je teste donc chaque fournée de couleur avec un “godet test”.

Aspect de la couleur une fois sèche

Fissures, craquelures ou bulles sont normales et n’altèrent jamais la qualité du produit fini.

Couleurs de la Merlette en cupules de gland, coquillages et noix

N’étant pas un fabricant industriel, je ne presse pas mes godets à la machine. Ils ont donc leurs défauts naturels qui font aussi le charme de l’aquarelle artisanale.

Chaque pigment a sa propre personnalité et chaque couleur va donc avoir une apparence extérieure différente. Des petites bulles ou des craquelures sont classiques en aquarelle artisanale. Néanmoins, je contrôle cela au maximum par souci d’esthétique.

Il est essentiel aussi de travailler le remplissage des godets pour éviter les bulles à l’intérieur de la peinture.

De plus, une peinture qui craquelle est parfois le signe d’un ratio liant/pigment inapproprié. Cela peut être volontaire pour obtenir une haute pigmentation. Je veille à travailler les pigments selon leur nature. Il y a cependant des pigments plus retords que d’autres.

Couleur rouge à l'aquarelle en cupule de gland

Ce sont des produits fabriqués à la main et par définition ils ne seront jamais fabriqués au millimètre près. C’est là l’enchantement de l’aquarelle artisanale !

Publié le 2 commentaires

Les ingrédients de mon aquarelle artisanale

Les aquarelles de la Palette de la Merlette sont fabriquées à la main avec des ingrédients d’origine naturelle et des pigments sélectionnés avec amour.

Naufrage aquarelle artisanale

Dans mon article “Comment fabriquer l’aquarelle ?” j’abordais les étapes de la fabrication. Voyons ensemble les ingrédients que contiennent vos godets de couleurs de la Merlette.

Tout d’abord, l’aquarelle est fabriquée à partir de pigments et d’un liant. Le pigment est la poudre colorante insoluble qui va donner la couleur sur votre papier. Pour la “fixer” au papier c’est le liant qui entre en jeu.

Le liant à base d’eau et de gomme arabique

Tous les ingrédients de mon liant sont sélectionnés avec beaucoup de soin et d’attention. La recette demeure secrète mais par transparence j’en donne la composition :

  • De la gomme arabique de Kordofan (Soudan) ou du Sénégal : cette matière première est extraite d’acacias et a la meilleure réputation en terme de qualité.
  • De l’eau purifiée qui est un facteur préservant la peinture des moisissures.
  • Du vrai miel local et bio afin de garantir la qualité et la réactivation des couleurs. Le miel renforce également la luminosité et la transparence de l’aquarelle. Vos œuvres en sont sublimées et lumineuses.
  • De la glycérine végétale pour réactiver au mieux la peinture en godet et lui donner son côté crémeux.
  • Du fiel de bœuf pour que le pigment et la gomme arabique se mélangent au mieux.

Cette composition est la base de la recette de mon liant. Le liant est ensuite mélangé au(x) pigment(s).

Aquarelle artisanale violette

Les pigments en aquarelle

Identifier et nommer les pigments

De manière générale, la composition de l’aquarelle de chaque fabricant est assez floue. On ne sait pas exactement ce qu’il y a dedans sauf si c’est un ingrédient de valeur comme le miel. Cependant, s’il y a bien une chose sur laquelle les industriels nous renseignent c’est le nom des pigments – à ne pas confondre avec le nom des couleurs :

  • Le nom “commercial” des couleurs est celui donné par le fabricant. Par exemple, j’ai décidé d’appeler un de mes gris Gévaudan et un de mes bleus Oraje.
  • Le nom ou numéro du pigment d’après le Colour Index (C.I.) est une identification internationale des pigments. Par exemple, le bleu outremer synthétique est identifié comme “PB29“. Un fabricant peut décider de l’appeler autrement mais ça reste du bleu outremer. Tout comme le bleu “PB15” correspond au bleu de phtalocyanine.
Pigment bleu pour aquarelle

Pourquoi le nom du pigment est-il important ?

C’est important de connaître le nom des pigments (et non pas de la couleur) pour plusieurs raisons :

  • Tout simplement pour savoir si votre couleur est monopigmentaire (un seul pigment) ou un mélange de plusieurs pigments et lesquels. La réalité est parfois plus complexe mais simplifions ! Par exemple Invidia est composé d’un seul pigment tandis que Naufrage est composé de deux pigments.
  • Savoir qu’une couleur est monopigmentaire permet de connaître aussi les propriétés de la couleur et son comportement (granulation, force de teinture…).
  • Savoir qu’une couleur est un mélange permet d’éviter de faire des mélanges supplémentaires qui peuvent s’avérer malheureux dans certains cas. D’après certains aquarellistes une couleur ne devrait pas dépasser 3 pigments. En vérité c’est vous qui voyez !
  • Comme les noms commerciaux sont souvent les mêmes, l’identification des pigments est intéressante pour comparer d’une marque à l’autre. Par exemple, est-ce qu’une couleur appelée Indigo est composée de 2 ou 3 pigments ou du véritable pigment indigo ?
  • Hypothétiquement, cela vous permet aussi d’éviter d’acheter des doublons de vos couleurs. Bien que cela soit vraiment très discutable car chaque fabricant possède son savoir-faire et sa recette qui font que même si vous achetez un bleu outremer PB29 chez un autre fabricant, ce ne sera pas la même couleur exactement. Sans parler du fait qu’il existe, selon la provenance du pigment, des nuances dans la couleur qu’il donnera… C’est notamment le cas pour les bleus de phtalocyanine (PB15) qui varient d’un bleu très clair à un bleu très foncé plus ou moins chaud.
  • Pour finir, est c’est essentiel à mes yeux, donner le nom des pigments de la part d’un fabricant est une démarche de transparence qui devrait être obligatoire. Les fabricants industriels jouent le jeu et donnent ces informations. J’admets que ça ouvre la voie à la copie de couleurs polypigmentaires (triste réalité…). À condition que le fabricant copieur retrouve exactement le même pigment et le même dosage et qu’il ait la même recette de liant. Je me demande d’ailleurs quel est l’intérêt de copier des couleurs alors qu’il existe la possibilité quasi infinie d’en inventer avec les mélanges
Pigments mélangés pour aquarelle artisanale

Comment la Merlette sélectionne les pigments ?

Je choisis un pigment selon plusieurs critères dont trois plus importants : l’origine géographique, l’identification du pigment d’après le C.I., le fait qu’il s’agisse de mono pigment et pas de mélange prêts à l’emploi.

En effet, je privilégie les pigments fabriqués en France au maximum même si je fais des exceptions. Par ailleurs, l’identification via le C.I. m’est indispensable pour fabriquer et partager avec vous le nom. Je suis moi-même très satisfaite de trouver ces informations quand j’achète une couleur pour mes nuanciers. Enfin, je préfère faire des mélanges de pigments moi-même.

Pigment violet pour aquarelles de la Merlette

La Palette la Merlette propose des couleurs monopigmentaires pour vous offrir le choix de faire des mélanges très variés et nombreux. C’est un parcours très enrichissant de peindre en faisant nos propres mélanges. Néanmoins, je suis la première à être amoureuse des couleurs composées de plusieurs pigments. Il faut varier les plaisirs !