Publié le

L’aquarelle de la Merlette est « extra-fine »

La Palette de la Merlette propose des aquarelles artisanales et extra-fines. Mais qu’est-ce que ça veut dire « extra-fine » quand on parle d’aquarelle artisanale ?

Que veut dire « extra-fine » ?

Les notions d’aquarelle « extra-fine » ou « super-fine » et autres termes ne sont encadrés par aucune une législation. Il n’y a pas de contrôle ou de cahier des charges international.

Chez les fabricants industriels…

Il s’agit la plupart du temps d’une appellation « commerciale » utilisée pour distinguer des gammes d’aquarelles dites « fines » ou « étudiantes » de celles pour « artistes » ou « professionnels » aussi appelées « extra-fines ». Les secondes ont un prix plus élevé que les premières.

L’idée est de proposer une gamme moins chère pour les aquarellistes débutants ou à petit budget tandis que des artistes professionnels – visant l’exposition de leurs œuvres – préféreront des couleurs plus qualitatives, précieuses ou résistantes à la lumière.

Évidemment cela vaut pour de grandes maisons d’aquarelle telles que Sennelier, Winsor & Newton… Pas pour une palette achetée à deux euros dans un magasin fourre-tout.

Palette de la merlette avec godets plastique
Ma palette d’aquarelles industrielles et fabriquées par d’autres artisans

Chez les artisans fabricants

En aquarelle artisanale, la mention extra-fine est ainsi souvent utilisée comme gage de la qualité des couleurs. Il n’existe encore une fois pas de cahier des charges ni de contrôle. On s’en remet à la parole du fabricant et finalement aux retours d’expérience des aquarellistes/clients.

Test de couleurs artisanales avec fusion

Ingrédients, qualité et prix

Fabriquer des imitations de couleur coûtent moins cher

Peut-être avez-vous déjà acheté un « Emerald Hue » ou une aquarelle « Nuance de bleu céruléen » dans des marques industrielles. Ces couleurs sont des imitations d’une couleur monopigmentaire autrement dit fabriquée avec un seul pigment.

La couleur appelée « nuance » est une imitation fabriquée avec un ou plusieurs pigments souvent moins chers et parfois moins qualitatifs. Par exemple, une couleur appelée « Nuance de bleu céruléen » ne sera pas fabriquée avec le véritable pigment mais avec un ou plusieurs pigments imitant la couleur originelle.

Les aquarelles étudiantes/fines sont majoritairement des imitations de couleurs. Parce que tout simplement le pigment d’origine est plus cher et qu’il faut bien réduire le coût de production pour vendre moins cher.

Le cas des pigments qui ne sont plus commercialisés

Cependant, les aquarelles extra-fines/professionnelles proposeront également des imitations lorsque le pigment d’origine n’est plus utilisé ou plus commercialisé. Il y a plusieurs raisons à cela parmi lesquelles :

  • la découverte de la toxicité d’un pigment comme pour le blanc de plomb ;
  • le fait qu’une couleur soit trop fugitive (mauvaise résistance à la lumière) comme pour le sepia ;
  • ou encore la rareté et donc le coût de certains pigments comme le lapis-lazuli qui est le bleu outremer d’origine et qui a été remplacé par une imitation synthétique.

Réduire le coût de la fabrication

  • Le fabricant peut sous-doser le pigment en le coupant avec des agents de charge, en augmentant le dosage du liant, en remplaçant le pigment par un autre (les fameuses imitations de couleur).
  • Le fabricant peut utiliser des ingrédients de moins bonne qualité : miel artificiel, gomme arabique de basse qualité…
  • Il peut aussi y avoir des substitutions comme pour le liant : pas de gomme arabique du tout mais plutôt un liant synthétique bon marché.
  • Le fabricant utilise intentionnellement des pigments de moins bonne qualité (dont la résistance à la lumière est moindre par exemple) et ne propose pas de pigments historiques, rares, onéreux.
  • Le fabricant revoit les méthodes de fabrication à la baisse.

Pour l’aquarelliste débutant cela ne fait parfois pas de grandes différences. D’autres fois, cela donne des aquarelles moins faciles à travailler, qui se réactivent mal, qui sèchent trop vite, qui laissent des traces de pinceaux ou qui se détachent du papier…

Comment définir une aquarelle extra-fine ?

Cahier des charges et transparence

Selon moi, ce sont les attentes des aquarellistes qui déterminent la notion d’extra-fine et donc le cahier des charges implicite.

Tous les critères de fabrication peuvent être concernés : choix des pigments, substitution par d’autres produits, utilisation de produits moins chers et moins qualitatifs… Notamment, ce qui est souvent cité : un liant à partir de la meilleure gomme arabique possible, l’utilisation de miel, un résultat crémeux à l’utilisation…

Gomme arabique de Kordofan
Gomme arabique de bonne qualité

Les fabricants industriels ne sont déjà pas toujours transparents. Pour les artisans fabricants c’est encore moins encadré. Bien sûr, il y a les secrets de fabrication, mais entre le discours marketing et les informations factuelles, difficile de s’y retrouver. Reste l’expérience que l’aquarelliste aura avec les couleurs.

Quant à la méthode de fabrication, la peinture artisanale n’est pas moins qualitative ou plus qualitative que de l’aquarelle industrielle. C’est tout simplement très différent. D’ailleurs, au sein de l’aquarelle artisanale vous trouverez de la très bonne peinture et de la moins bonne. Les méthodes de fabrication sont des petits secrets de polichinelle – c’est tout à fait logique.

Fabrication d'aquarelle bleue

Le cahier des charges de la Merlette

Mon objectif en premier lieu est de peindre avec mes couleurs et je suis une cliente très exigeante ! Ainsi, j’ai établi un cahier des charges pour l’aquarelle artisanale extra-fine de la Merlette d’après les attentes des aquarellistes et les miennes. Fabriquer de l’aquarelle artisanale extra-fine exige d’établir une charte de qualité et de s’y tenir selon moi.

Je comprends que les fabricants n’aient pas envie de partager tous leurs secrets de fabrication afin de protéger leurs produits. Je regrette simplement que les règles d’usage en vigueur chez les industriels ne s’appliquent pas également aux artisans fabricants par simple transparence envers l’aquarelliste. En l’absence de véritable cahier des charges et de contrôle, l’aquarelliste s’en remet totalement au fabricant.

Aquarelle Oraje peinture à l'eau

La Palette de la Merlette propose des couleurs de qualité artiste, très dosée en pigment, sans aucun diluant qui pourrait amoindrir la qualité et fausser le coût de la peinture.

Swatch Oraje
Swatch d’Oraje

J’ai fait le choix de la transparence avec les aquarellistes qui utiliseront mes couleurs. Sur les fiches de chaque aquarelle vous trouverez les ingrédients et des informations sur les pigments. J’explique d’ailleurs le choix de mes ingrédients ici : Les ingrédients de mon aquarelle artisanale. Et mes valeurs ici : De l’aquarelle artisanale écologique.

Les swatch de mes couleurs artisanales
Publié le

Fabrication artisanale et qualité

Tri et nettoyage des godets cupules de gland

C’est un travail minutieux et assez considérable que de travailler avec la nature. C’est le cas des chapeaux de gland qui servent de réceptacle à la peinture artisanale que je fabrique. Il y a de longues heures de ramassage et de tri. Je laisse les glands dans la forêt, je ne prends pas des cupules abîmées et je n’emporte pas les cupules qui servent de maison à des insectes ou de couvre-chef à des gnomes.

Glands pour godets artisanaux

Chaque cupule de gland est ensuite nettoyée et vernie pour assurer la bonne utilisation de l’aquarelle et la bonne conservation. Cette étape est sûrement la plus longue. Le vernissage garantit qu’il n’y aura pas d’interaction entre la cupule et la peinture. Après tout, on fait de la teinture avec les cupules !

Couleurs hautement pigmentées

Je travaille avec des pigments purs ou des mélanges de pas plus de trois pigments pour conserver la luminosité et la transparence de l’aquarelle. L’avantage des couleurs monopigmentaires c’est que le nuancier obtenu est d’autant plus lumineux et varié.

En effet, l’utilisation de couleurs à pigment unique permet de créer des nuanciers fiables et qualitatifs – certains aquarellistes professionnels expliquent que les couleurs ne doivent pas excéder 3 ou 4 pigments, à défaut de quoi vous perdez en luminosité. J’en parle plus précisément ici : Les ingrédients de mon aquarelle artisanale.

Terre verte de vérone

Comme je suis perfectionniste, j’ai à cœur de proposer de l’aquarelle artisanale de qualité. Je teste donc chaque fournée de couleur avec un « godet test ».

Aspect de la couleur une fois sèche

Fissures, craquelures ou bulles sont normales et n’altèrent jamais la qualité du produit fini.

Couleurs de la Merlette en cupules de gland, coquillages et noix

N’étant pas un fabricant industriel, je ne presse pas mes godets à la machine. Ils ont donc leurs défauts naturels qui font aussi le charme de l’aquarelle artisanale.

Chaque pigment a sa propre personnalité et chaque couleur va donc avoir une apparence extérieure différente. Des petites bulles ou des craquelures sont classiques en aquarelle artisanale. Néanmoins, je contrôle cela au maximum par souci d’esthétique.

Il est essentiel aussi de travailler le remplissage des godets pour éviter les bulles à l’intérieur de la peinture.

De plus, une peinture qui craquelle est parfois le signe d’un ratio liant/pigment inapproprié. Cela peut être volontaire pour obtenir une haute pigmentation. Je veille à travailler les pigments selon leur nature. Il y a cependant des pigments plus retords que d’autres.

Couleur rouge à l'aquarelle en cupule de gland

Ce sont des produits fabriqués à la main et par définition ils ne seront jamais fabriqués au millimètre près. C’est là l’enchantement de l’aquarelle artisanale !

Publié le

Les ingrédients de mon aquarelle artisanale

Les aquarelles de la Palette de la Merlette sont fabriquées à la main avec des ingrédients d’origine naturelle et des pigments sélectionnés avec amour.

Naufrage aquarelle artisanale

Dans mon article « Comment fabriquer l’aquarelle ? » j’abordais les étapes de la fabrication. Voyons ensemble les ingrédients que contiennent vos godets de couleurs de la Merlette.

Tout d’abord, l’aquarelle est fabriquée à partir de pigments et d’un liant. Le pigment est la poudre colorante insoluble qui va donner la couleur sur votre papier. Pour la « fixer » au papier c’est le liant qui entre en jeu.

Le liant à base d’eau et de gomme arabique

Tous les ingrédients de mon liant sont sélectionnés avec beaucoup de soin et d’attention. La recette demeure secrète mais par transparence j’en donne la composition :

  • De la gomme arabique de Kordofan (Soudan) ou du Sénégal : cette matière première est extraite d’acacias et a la meilleure réputation en terme de qualité.
  • De l’eau purifiée qui est un facteur préservant la peinture des moisissures.
  • Du vrai miel local et bio afin de garantir la qualité et la réactivation des couleurs.
  • De la glycérine végétale pour réactiver au mieux la peinture en godet et lui donner son côté crémeux.
  • Du fiel de bœuf pour que le pigment et la gomme arabique se mélangent au mieux.

Cette composition est la base de la recette de mon liant. Le liant est ensuite mélangé au(x) pigment(s).

Aquarelle artisanale violette

Les pigments en aquarelle

Identifier et nommer les pigments

De manière générale, la composition de l’aquarelle de chaque fabricant est assez floue. On ne sait pas exactement ce qu’il y a dedans sauf si c’est un ingrédient de valeur comme le miel. Cependant, s’il y a bien une chose sur laquelle les industriels nous renseignent c’est le nom des pigments – à ne pas confondre avec le nom des couleurs :

  • Le nom « commercial » des couleurs est celui donné par le fabricant. Par exemple, j’ai décidé d’appeler un de mes gris Gévaudan et un de mes bleus Oraje.
  • Le nom ou numéro du pigment d’après le Colour Index (C.I.) est une identification internationale des pigments. Par exemple, le bleu outremer synthétique est identifié comme « PB29« . Un fabricant peut décider de l’appeler autrement mais ça reste du bleu outremer. Tout comme le bleu « PB15 » correspond au bleu de phtalocyanine.
Pigment bleu pour aquarelle

Pourquoi le nom du pigment est-il important ?

C’est important de connaître le nom des pigments (et non pas de la couleur) pour plusieurs raisons :

  • Tout simplement pour savoir si votre couleur est monopigmentaire (un seul pigment) ou un mélange de plusieurs pigments et lesquels. La réalité est parfois plus complexe mais simplifions ! Par exemple Invidia est composé d’un seul pigment tandis que Naufrage est composé de deux pigments.
  • Savoir qu’une couleur est monopigmentaire permet de connaître aussi les propriétés de la couleur et son comportement (granulation, force de teinture…).
  • Savoir qu’une couleur est un mélange permet d’éviter de faire des mélanges supplémentaires qui peuvent s’avérer malheureux dans certains cas. D’après certains aquarellistes une couleur ne devrait pas dépasser 3 pigments. En vérité c’est vous qui voyez !
  • Comme les noms commerciaux sont souvent les mêmes, l’identification des pigments est intéressante pour comparer d’une marque à l’autre. Par exemple, est-ce qu’une couleur appelée Indigo est composée de 2 ou 3 pigments ou du véritable pigment indigo ?
  • Hypothétiquement, cela vous permet aussi d’éviter d’acheter des doublons de vos couleurs. Bien que cela soit vraiment très discutable car chaque fabricant possède son savoir-faire et sa recette qui font que même si vous achetez un bleu outremer PB29 chez un autre fabricant, ce ne sera pas la même couleur exactement. Sans parler du fait qu’il existe, selon la provenance du pigment, des nuances dans la couleur qu’il donnera… C’est notamment le cas pour les bleus de phtalocyanine (PB15) qui varient d’un bleu très clair à un bleu très foncé plus ou moins chaud.
  • Pour finir, est c’est essentiel à mes yeux, donner le nom des pigments de la part d’un fabricant est une démarche de transparence qui devrait être obligatoire. Les fabricants industriels jouent le jeu et donnent ces informations. J’admets que ça ouvre la voie à la copie de couleurs polypigmentaires (triste réalité…). À condition que le fabricant copieur retrouve exactement le même pigment et le même dosage et qu’il ait la même recette de liant. Je me demande d’ailleurs quel est l’intérêt de copier des couleurs alors qu’il existe la possibilité quasi infinie d’en inventer avec les mélanges
Pigments mélangés pour aquarelle artisanale

Comment la Merlette sélectionne les pigments ?

Je choisis un pigment selon plusieurs critères dont trois plus importants : l’origine géographique, l’identification du pigment d’après le C.I., le fait qu’il s’agisse de mono pigment et pas de mélange prêts à l’emploi.

En effet, je privilégie les pigments fabriqués en France au maximum même si je fais des exceptions. Par ailleurs, l’identification via le C.I. m’est indispensable pour fabriquer et partager avec vous le nom. Je suis moi-même très satisfaite de trouver ces informations quand j’achète une couleur pour mes nuanciers. Enfin, je préfère faire des mélanges de pigments moi-même.

Pigment violet pour aquarelles de la Merlette

La Palette la Merlette propose des couleurs monopigmentaires pour vous offrir le choix de faire des mélanges très variés et nombreux. C’est un parcours très enrichissant de peindre en faisant nos propres mélanges. Néanmoins, je suis la première à être amoureuse des couleurs composées de plusieurs pigments. Il faut varier les plaisirs !

Publié le

Comment fabriquer l’aquarelle ?

Un petit peu d’histoire

De nos jours, quand vous voulez peindre vous allez dans un magasin de beaux arts et de loisirs créatifs et vous achetez de la peinture prête à l’emploi. Cependant, historiquement c’est l’artiste lui-même qui fabrique ses couleurs. J’ai envie de vous parler aujourd’hui de comment fabriquer l’aquarelle justement… alors allons-y !

Godet aquarelle en coquillage
Le coquillage servait de godet avant le godet en plastique

L’artiste achetait les pigments à un apothicaire et broyait sa peinture lui-même (ou plutôt le faisait faire par un petit gars dévoué). Certains apothicaires ont fini par se dédier à l’approvisionnement de peintures et de matériels pour les artistes. On les appelait « marchands de couleurs« . Depuis près de deux siècles, la confection de peinture s’est industrialisée. Fabriquer l’aquarelle soi-même est devenu plus rare. Les fabricants de peinture n’ont plus recours à une plaque de broyage et à la force de leurs petits bras mais à des machines. La confection artisanale de couleurs existe encore et est encore possible. D’ailleurs certaines marques reconnues travaillent encore de façon artisanale (avec des machines certes mais à taille humaine).

Les ingrédients principaux pour fabriquer l’aquarelle

Que faut-il pour fabriquer l’aquarelle ? C’est assez simple : il faut la couleur et un intermédiaire pour qu’elle adhère au papier et s’y fixe.

La couleur c’est un pigment autrement dit une poudre colorée qu’on a soit extraite d’un minéral ou d’un animal ou d’un végétal soit fabriquée chimiquement. Par exemple, l’indigo est à l’origine un pigment qui provient de l’indigotier (une plante). Le pigment « noir d’ivoire » provient à la base de la calcination d’os d’animaux. Et enfin, un pigment bleu historique très onéreux : le lapis lazuli provenant de la pierre elle-même. Pour donner un exemple d’un pigment synthétique (fabriqué chimiquement), il y a notamment le très connu « Bleu de Prusse » découvert par accident dans un laboratoire de marchand de couleur.

Terre rouge pour aquarelle
Voici un pigment qui est une terre rouge provenant de Venise

L’intermédiaire qui permet à la poudre colorée de devenir une pâte plus ou moins liquide c’est le liant. Pour l’aquarelle on utilise un mélange de gomme arabique (de la sève d’arbre) et d’eau.

Gomme arabique aquarelle artisanale
Les cristaux de la gomme arabique

Le pigment est par définition une poudre qui est insoluble donc pour la mélanger avec le liant il faut travailler longuement la pâte. Pour cela il faut mélanger très doucement et souvent près d’une heure le pigment et le liant.

Aquarelle artisanale pigment et liant
Pigments et liant à base de gomme arabique : premier contact

On utilise une spatule (appelée couteau à peindre) et/ou un mortier et un pilon et/ou une molette à broyer.

Pigments magenta bleu et liant
Le couteau à peindre entre en action

En général je commence par lier le pigment (ou les pigments) avec le liant au couteau puis je continue à la molette à broyer.

Molette à broyer et pigment bleu
La molette à broyer et la peinture sur la plaque à broyer

Les ingrédients supplémentaires

Pour fabriquer mes couleurs, j’utilise d’autres ingrédients assez communs en fabrication artisanale : un conservateur, du miel, de la glycérine et du fiel de bœuf. Le conservateur, en petite quantité, permet d’éviter la prolifération de moisissures. Je prends autant de précautions car les godets « cupules de gland » peuvent facilement moisir. Le miel et la glycérine ont plusieurs rôles mais notamment ils permettent à la peinture d’être « réactivée » facilement une fois sèche et de ne pas sécher trop rapidement pour l’utiliser au mieux. Le fiel de bœuf est un additif qui aide le pigment et le liant à se mélanger et facilite la dispersion des pigments dans l’eau sur le papier.

Godet cupule aquarelle bleue
J’utilise principalement des chapeaux de glands comme godet aussi appelés cupules de glands

Voilà pour ce premier aperçu du processus de fabrication des couleurs à l’aquarelle. Fabriquer l’aquarelle demande de prendre en compte pas mal de paramètres ! Retrouvez mes couleurs artisanales dans la boutique.